Mar 232013
 

Issues du livre Rework, voici 10 façons d’améliorer votre productivité.

Améliorer sa productivité, diminuer l’énergie et le temps requis pour obtenir un même résultat, c’est bien tentant et, finalement, pour ces 10 trucs proposés, les seules conditions d’application pourraient être :

  1. lâcher prise sur les certitudes qui vous font dire, croire ou ressentir que ce sont de bonnes idées, mais pas pour vous, pas pour votre équipe, pas pour votre métier, pas pour votre entreprise etc. Car vous pensez être dans un cas bien trop spécifique et particulier pour appliquer des trucs aussi simples,
  2. accepter de ne pas atteindre la perfection tout de suite,
  3. accepter de faire de petits pas, accueillir les leçons de l’expérience avec bienveillance quand ça ne marche pas comme on l’avait imaginé.

Dès que vous êtes prêts, considérez les 10 trucs suivants :

  1. Soyez concrets : l’abstraction tue la compréhension. Si vous voulez expliquer quelque chose, évitez de ne le faire qu’avec des mots ! Dessinez-le, faites une maquette,  enlevez l’abstraction. L’abstraction donne l’illusion de la compréhension : chacun comprend avec ses propres filtres et vous n’avez aucun moyen, par l’abstraction, de vous assurer d’une compréhension commune.
  2. Osez arrêter ce qui est en cours : lorsque le sens de ce que vous être en train de faire n’est pas évident, lorsque les résultats visés ne correspondent plus aux besoins du contexte, lorsque l’énergie demandée dépasse celle prévue : arrêtez !
  3. Ne vous laissez pas interrompre dans votre travail : chaque interruption est une perte d’énergie colossale pour vous et pour ce que vous étiez en train de faire. De même, évitez d’interrompre les autres. Il y a des milliers de solutions, même si notre première perception est que ce n’est ni possible, ni désirable.
  4. Les réunions : « ça craint !». Ne faites des réunions que quand c’est absolument nécessaire, qu’avec le minimum des personnes à même de contribuer et décider et dans le temps le plus court possible. Refusez les réunions pour lesquelles vous n’avez pas de valeur ajoutée évidente. 20 minutes pour une réunion est une bonne durée. Au delà, cela devient un passe temps orienté débat : allez plutôt à la machine à café.
  5. Évitez le « mieux » : le « bon » c’est déjà bien ! Cherchez les solutions simples et suffisantes, même si c’est moins glorieux et gratifiant que la recherche de solutions absolues, élégantes, complètes et parfaites. Avancez par petits pas sur ce qui est d’abord utile, nécessaire et suffisant,
  6. Des succès rapides : visez le court terme, imposez-vous le court terme non pas comme un challenge, mais comme un garde-fou : plus votre horizon de temps sera court, plus vous irez à l’essentiel, au concret, au réaliste. Bien sûr, j’entends d’ici la réflexion :  « Oui, mais il ne faut pas perdre de vue de long terme ! », bien sûr ! C’est tout à fait exact et les succès rapides sont là pour confirmer la vision long terme. Le piège est de ne considérer que la vision long terme, qui deviendrait alors une source de réflexions abstraites et une source de complexité.
  7. Ne soyez pas un héros. A moins que vous ne soyez sapeur pompier, chirurgien, médecin urgentiste : abandonnez quand il en est temps, pour vous consacrer à l’action efficace dans le contexte présent.
  8. Allez vous coucher ! Pensez à récupérer, surtout à l’approche de moments stressants. Se « sacrifier » pour son travail n’a jamais accru la performance. « Qui veut voyager loin… »
  9. Vos prévisions sont nulles ! Non, nous ne savons pas prédire l’avenir. Il y a un horizon de temps (très court) au delà duquel nos estimations sont de pures spéculations. Prenons-les pour ce qu’elles sont : des élucubrations, des vœux pieux, des souhaits, des fantasmes, etc. Mais en aucun cas ne les considérez comme des faits support de décision. Pour cela, restez dans le court terme, lorsque la prévision est tangible. Un horizon d’une à deux semaines est raisonnable, au delà, c’est du rêve.
  10. Prenez de petites décisions ! Plus les décisions que nous prenons seront importantes, plus il sera difficile d’en changer s’il s’avérait que ce ne sont pas les meilleures. Le problème est que plus on prend de « grosses » décisions, plus on se sent important. Lâchez prise là-dessus et prenez de très petites décisions, faciles à changer. Le secret tient dans le rythme. Au lieu de faire un point tous les mois, par exemple sur un projet de 3 ans, faites un point toutes les semaines : vous n’aurez qu’une semaine d’historique à traiter et vos décisions devront être efficaces juste sur la semaine qui vient. Au lieu de 11 opportunités de décider sur un an, vous en aurez 51 : ça change tout ! Dans certaines industries, le point est quotidien !

Certains trucs vous plaisent et vous avez envie d’essayer : allez-y ! Avec bienveillance, appliquez, testez, corrigez, avancez à votre rythme, à petits pas et savourez !

D’autres trucs vous paraissent saugrenus ? OK, ne les prenez pas en compte, ils ne vous seraient d’aucun secours aujourd’hui. Peut-être un autre jour, dans un autre contexte. Qu’est-ce que vous vous dites pour les trouver saugrenus ? Est-ce que c’est toujours vrai ? Comment le savez-vous ? Qu’est-ce qui se passerait pour vous si vous pensiez le contraire ?

…Je vous laisse réfléchir là-dessus ! comme dirait Gustave Parking 😉

 

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés