Avr 282013
 

3 trucs pour augmenter efficacement votre stress sans avoir besoin des autres. La stratégie  SAD   , retrouvée dans « Les Chroniques Iniques », Extrait :

« Un manager responsable est quelqu’un qui se doit d’assumer des choix, des décisions pour lui d’abord, pour son travail ensuite et en dernier lieu pour son équipe. Ces choix se doivent d’être difficiles, sinon cela voudrait dire que le manager n’a finalement que peu de responsabilités, ce qui serait contraire à son statut. Or si les choix sont difficiles, cela veut dire que le manager se doit de ressentir une certaine pression, liée aux enjeux des choix en question. Et il est très important que cette pression se traduise en stress, que le manager ressent, mais qui lui permet aussi de montrer à quel point il se maitrise, à quel point il est résistant. C’est très important : celles ou ceux qui ne résisteraient pas au stress ont très peu de chance d’être identifiés dans les haut potentiels de l’entreprise.
Seulement voilà, être stressé  cela s’entretient ! Cela demande un certain regard sur soi, sur le monde et cela se travaille ! Tout le monde n’y arrive pas avec la même efficacité.
Heureusement, voici une stratégie en trois points qui permet à tout un chacun de générer ou d’amplifier son propre stress, en toute autonomie ! Je vous les livre tout de go :

Simulation : ne montrez pas qui vous êtes vraiment, c’est trop risqué.

Montrez un personnage dont vous savez qu’il correspond à ce que les autres attendent. Que ce soit au niveau de votre look ou des décisions que vous prenez, veillez à ce que tout ce que vous êtes ou faites corresponde à ce que vous pensez que les autres attendent de vous.
Cette étape est un formidable générateur de stress par l’énergie qu’elle consomme et par le fait qu’elle est auto-entretenue : impossible (ou très difficile, risqué, etc.) d’abandonner le personnage que vous vous êtes créé pour le bien de l’entreprise et surtout le vôtre, enfin, au début… parce qu’une fois dans le système : c’est le stress assuré ! Une seule possibilité alors : renforcez donc votre personnage, vous finirez par y croire vous-même, atteignant alors le nirvana du stress potentiel !

Anticipation : Maintenez en permanence votre esprit dans le futur !

C’est peut-être la partie que je préfère. Au volant de votre voiture, sur le chemin du travail, voyez-vous déjà à la porte de votre bureau, vous pourriez être en retard, comment gérer l’attente potentielle de vos collaborateurs ? Sous votre douche, vivez en avance la réunion importante de cet après-midi, imaginez-là avec précision, mettez des enjeux qui vous tiennent à coeur, anticipez les réactions des autres participants, préparez-vous à y répondre. Pour savoir ce que les autres attendent de vous quand ils ne vous le demandent pas, c’est simple, c’est votre rôle que de le deviner et surtout n’allez pas montrer que vous n’en n’êtes pas capable ! C’est vrai, l’entreprise par ses valeurs affichées, vos supérieurs par leur exemplarité (ce n’est pas pour rien qu’ils sont vos supérieurs), toute la boite se met en quatre pour que vous puissiez deviner, alors n’allez pas dévoiler votre incompétence. Bref , créez-vous un futur intérieur. Avec de l’entrainement, vous finirez par prendre ce futur intérieur, construit par vous, pour une réalité physique appelée à se réaliser. Et à ce moment-là, lorsque cette réalité ne se produira pas comme vous l’aviez perçu, vous pourrez atteindre deux niveaux de compréhension de l’univers :

1. Ce sont bien les autres qui, en n’agissant pas comme prévu (par vous), sont à la source des émotions parfois violentes que vous ressentez

2. Vous êtes seul(e), vos scénarios anticipés qui ne se réalisent pas montrent bien à quel point vous êtes inadapté(e) à cette équipe, ce groupe ou cette entreprise.

Notez que si la futur intérieur que vous vous étiez construit venait à se réaliser en tout points, cela viendrait renforcer votre certitude de pouvoir lire l’avenir (et pourquoi pas le contrôler). Ce qui rendra encore plus douloureux les cas où ce que vous aviez imaginé ne se produira pas. Extraordinaire ! Vous avez donc le pouvoir de créer vous-même une source de stress  pour vous qui, vraisemblablement, n’aurait jamais existé sans vous ! Je vous l’avais dit : cette partie là est magique !

Dissimulation : cachez vos besoins tout comme vos choix ou vos ressentis. Ils sont potentiellement signe de faiblesse.

Soit les autres sont capables de les deviner et ils sont alors de vrais collègues, collaborateurs, voire amis au service de leur chef et il n’était donc pas nécessaire de les partager ouvertement.
Soit les autres ne les devinent pas et dans ce cas, vous avez accès à deux informations objectives très importantes :

1. Vous êtes entourés d’incompétents, incapables de vous comprendre et donc de vous aider, alors que l’importance de vos besoins et de ce que vous ressentez est sans appel. D’un autre côté, vous le pressentiez puisque vous êtes le chef et qu’ils ne sont que subalternes.

2. Vos besoins, choix ou ressentis ne valent pas la peine, c’est pourquoi personne ne les devine. Vous n’êtes certainement pas comme les autres, vous êtes seul face à l’adversité. D’un autre côté, vous êtes quelqu’un de responsable, vous trouverez bien un moyen de mettre ces gamineries au placard.

Magnifique ! Non seulement les autres  sont des nuls et ne vous comprennent pas, mais en plus vous vous convainquez tout seul que, vous non plus, vous ne valez pas grand chose, et tout ça sans l’aide de personne ! Un chef d’oeuvre d’efficacité.

Voici ainsi résumée la stratégie SAD pour Simulation, Anticipation, Dissimulation. Un dernier mot : il n’est pas facile de se maintenir dans un niveau élevé de stress surtout avec tous ces gourous hippies new âge qui viennent vous expliquer que le stress n’est pas bon, et que chacun peut agir à son niveau pour éviter de rendre moins complexes et moins stressantes bon nombre de situations. Ben voyons ! Ils disent, ces fantaisistes, que ce qui compte finalement, ce sont trois points qu’ils appellent :

L’intimité : la capacité à se montrer tel qu’on est, avec sincérité, en dehors de tout jeu psychologique ou d’influence. Posez-vous la question : avec qui vous montrez-vous tel que vous êtes, en vous acceptant vous-même ?

La conscience : la capacité à percevoir la réalité telle qu’elle est ici et maintenant. Posez-vous la question : Le plus souvent, où se trouve mon esprit quand le corps est ici et maintenant ? Lorsqu’on est en conscience (ou en pleine conscience) il y a des moments où l’anticipation est constructive, ce sont des moments choisis et limités dans le temps, ce n’est pas une attitude systématique.

La spontanéité : la capacité à choisir et à exprimer ses propres sentiments. Posez-vous la question : d’où viennent les sentiments ou émotions que vous exprimez le plus souvent ? De votre éducation, du contexte ou de vous, profondément ?

Pas facile, hein ? Complètement en dehors de la dure réalité du terrain ! Je vous l’avais dit : écoutez votre voix intérieure qui vous dit que ce n’est pas pour vous ! Croyez-moi, ce sont des miroirs aux alouettes, destinés à détourner les managers responsables de leur devoir de stress, source de progrès ! »

Les Chroniques Iniques, pages 2-3, Mai 1959

 

Quelques lectures pour les gourous hippies  😉  :

L’analyse transactionnelle : pour un mieux-être du corps et de l’âme, V.Lenhardt

Des Jeux et des hommes, E.Berne

Les quatre accords toltèques : La voie de la liberté personnelle, Don M.Ruiz

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés