Mai 262013
 

Le mystère de l’origine des Chroniques Iniques est total. Certains disent que les premiers manuscrits auraient été retrouvés, il y a des années, par un berger dans une grotte au bord du lac de Paladru. D’autres disent que ces manuscrits sont crées de toutes pièces par un groupe de chercheurs travaillant dans l’anonymat sous couvert d’un pseudo commun, à l’instar de Nicolas Bourbaki. Bref, le fait est que personne n’est sait rien, et pourtant les Chroniques Iniques sont bien là, et les documents continuent à être retrouvés, assemblés et décryptés.

Les derniers fragments retrouvés sont en cours de restauration et de déchiffrage. Ils présentent une stratégie en trois points pour se donner l’apparence d’un leader, sans forcément en être un : la stratégie SOT. Pour Sens, Objectif, Transparence.  Le premier document déchiffré, sur la Transparence, vous a été révélé il y a deux semaines (lire ici) et le second document qui traitait de la notion d’Objectif vous a été révélé la semaine dernière (lire ici). Cette semaine, le fragment décrypté traite du troisième point, la notion de Sens :

« Maintenant que  vous êtes transparent dans vos relations avec votre équipe et que vous la contrôlez par les objectifs, il s’agit  de vous assurer de l’adhésion totale de vos subalternes en répondant pour eux à la question du sens de votre travail en commun.

En effet, c’est à vous de définir et d’expliquer le sens de ce que font vos employés : c’est pour cela que vous êtes le chef. Demander aux personnes qui travaillent pour vous de mettre du sens sur ce qu’elles font reviendrait à demander au matelot qui  chauffe la chaudière du paquebot, à fond de cale, quel est le cap à suivre : il ne voit pas d’autre horizon que sa chaudière le bougre ! Alors que vous, votre statut de chef vous donne accès à la passerelle de ce paquebot, à sa vision panoramique, aux perspectives paradisiaques des îles que vous allez aborder : c’est bien à vous d’expliquer ce que vous voyez à ceux qui travaillent pour vous. Il est très important que chaque membre de votre équipe comprenne le sens que vous avez défini et surtout l’adopte comme la seule façon de raisonner et de travailler. Vous pourrez constater, parce que leur raisonnement est souvent limité à ce qu’ils perçoivent par eux-mêmes, que certains auront du mal à accepter ce sens et donc à se motiver et à avancer dans la bonne direction. Pour ceux-là, ne perdez pas trop de temps : inutile de leur expliquer plus en détail. Pour vous assurer qu’ils vont dans la bonne direction, renforcez votre contrôle, entrez dans les détails de ce qu’ils font, dans les détails de leurs décisions et montrez leur par votre sagacité quelles sont les bonnes décisions et attitudes. N’hésitez pas à critiquer, surtout les actions passées, de façon à ce qu’ils apprennent de leurs erreurs. Rappelez-vous que vous êtes passé par là vous aussi à un moment ou à un autre de votre carrière, et c’est sans doute cela qui a fait de vous un chef, le chef que vous êtes aujourd’hui. C’est donc une bonne pratique à perpétuer.

Alors bien sûr, certaines voix s’élèveront à votre encontre. Elles diront que vous êtes dans le « micro management »,  que vous enlevez toute autonomie à vos équipiers.  Mais bien sûr ! Comment leur donner de l’autonomie  alors qu’ils ne partagent pas votre sens ? Et puis ce qu’ils appellent « micro management » est quand même la meilleure façon de leur montrer :

  • que vous vous intéressez à ce qu’ils font
  • que vous avez toutes les compétences pour faire le travail à leur place
  • que vous prenez les décisions bien plus rapidement qu’eux
  • que le fait même que ces voix s’élèvent montre bien qu’ils ne sont pas conscient de leur propre situation, contrairement à vous,
  • que vous êtes bien le chef à suivre, en conséquence, ipso facto,  de ce qui précède

Mais voilà que les Skippys arrivent (les grands gourous) pour dire que le sens n’est pas contenu dans la direction, le sens n’est pas contenu dans les objectifs. Le sens est contenu dans l’histoire, la réalité présente et le futur rêvé d’une personne. Ils disent que le sens qui importe est celui que chacun, individuellement, trouve. Il s’agit à chacun de donner du sens à son travail, au sein de sa vie, de son parcours, de son expérience, de ses aspirations. Alors, vu comme ça, le sens ne peut pas se donner à quelqu’un, il ne peut que se partager. Un leader est quelqu’un qui crée un espace où le sens peut à la fois s’élaborer en commun et se partager. Le leader partage avec ses co-équipiers le sens qu’il donne personnellement aux choses, sans le leur imposer, laissant ainsi la liberté à chacun de mieux comprendre et surtout d’intégrer de nouveaux éléments de sens en toute autonomie. Il invite aussi les personnes à exprimer et partager le sens qu’elles donnent aux choses. Et de ce partage, pourra naitre un sens partagé, celui de l’équipe. Le but est que le sens de ce que font les gens en équipe naissent du partage de ce que chacun souhaite révéler aux autres.  La création du sens part des individus pour aller vers le groupe et pas le contraire. C’est pour cela que l’intégration d’un nouveau membre dans une équipe est une étape importante, souvent négligée car certains ont parfois tendance à leur dire le sens, plutôt qu’à le leur demander… Mais bon sang, ils n’ont jamais fait de terrain ces gens là ? Comment ils font sous la pression du quotidien, hein ? C’est sûr que si on pouvait faire ça, on y gagnerait mais bon qu’est-ce que je vais leur raconter moi à mes gars ? Vraiment, ils ne nous facilitent pas la tâche. »

Les Chroniques Iniques, page 1964 3/4, Sectobre 2014

La semaine prochaine, un document sur le discours du leader. D’ici là, voici quelques lectures :

 

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés