Mar 082014
 

 

Comment limiter efficacement le potentiel d’innovation de votre équipe ? La stratégie « NEO » D’après « Les Chroniques Iniques », Extrait :

« Le problème, c’est que dans certaines équipes, certaines personnes ne se focalisent pas que sur les tâches qui leur sont assignées et pour lesquelles elles sont payées : elles ont des idées. Des idées sur tout. Très peu relèvent du bon sens d’ailleurs, beaucoup sont saugrenues ou sont de l’ordre du fantasme. Elles représentent à la fois une perte de temps et un risque potentiel. Comment faire pour limiter au mieux cette prétendue créativité ? Voici trois trucs que je vous propose, lorsqu’une personne de votre équipe vient vous proposer une idée nouvelle, quelle qu’elle soit :

  • Dites « Non » : Il y a différentes manières de dire « Non » à une idée nouvelle et toutes n’ont pas la même efficacité en terme d’annihilation du potentiel d’innovation d’un individu ou d’une équipe. La manière la plus simple, consistant simplement à dire « Non », est certes rapide mais de loin la moins efficace. Vous pouvez ajouter de l’efficacité, par exemple, en répondant péremptoirement (car vous êtes le chef et ce n’est pas pour rien):
    1. « Si c’était si simple, ce serait fait depuis longtemps…»
    2. « C’est une idée que vous devriez proposer à nos concurrents… »
    3. « Si vous avez du temps, profitez-en pour terminer ce que vous avez à faire …»

Notez que vous pouvez décupler l’inhibition en apportant un jugement indirect sur la personne proposant l’idée, surtout en présence de l’équipe :

    1. « Et il vous a fallu longtemps pour arriver à çà ? »
    2. « Question délire, vous ne changez pas ! »
    3. « Mais concernant ce pour quoi vous êtes payé(e), vous avez progressé ? Parce que vraiment… »
  • Esquivez : Dites que vous avez vous-même eu cette idée depuis longtemps, souriez d’un air entendu et passez à autre chose. Surtout ne faites rien ! La personne finira par comprendre deux choses essentielles :
    1. Vous êtes le chef
    2. Vous êtes bien plus intelligent, d’où le point 1)
  • Dites « Oui » : cela peut paraître paradoxal, mais dire « Oui » à une idée nouvelle permet d’en limiter  très fortement tout le potentiel. Effectivement, dès lors que vous avez dit « Oui », vos équipiers enjoués et reconnaissants n’auront plus qu’un objectif : mettre en place cette idée nouvelle, sans forcément chercher à la creuser, à l’explorer plus finement. Et ce d’autant plus que dire « Oui » vous permet :
  1. D’en faire un objectif caractérisé auquel devra répondre la personne, qui percevra alors nettement la charge qui lui incombe,
  2. De limiter fortement le temps alloué à la mise en place de l’idée, et si l’équipe échoue c’est bien la preuve que l’idée n’était pas terrible ou encore mieux : l’équipe ayant perdu du temps, elle sera d’autant plus encline à travailler sur l’essentiel : entretenir le quotidien, éviter les surprises et les écarts.
  3. Après le constat par tous du résultat inachevé, ou mieux de l’échec, il sera alors clair que :

i.     Vous êtes le chef

ii.     Vous aviez raison (d’où le point i))

iii.     Votre vision est bien plus claire que la leur (d’où les points i) et ii))

iv.     La prochaine fois, il gagneront du temps à vous écouter ou mieux, à ne plus perturber ni l’équipe, ni son chef avec des suggestions saugrenues.

Voici ainsi résumée la stratégie NEO pour « Non », « Esquive », « Oui ».

Bien sûr, il y a des illuminés pour dire que le potentiel des idées nouvelles se cache souvent dans les hypothèses qui ont conduit à ces mêmes idées. Certains vont jusqu’à recommander que le manager écoute et challenge les hypothèses qui ont conduit à l’idée proposée sous prétexte que le challenge des hypothèses sous-jacentes (et non de l’idée elle-même) est une mine d’inspiration et d’idées encore plus puissantes ! Et puis quoi encore ? Pour les plus fanatiques de ces prétendus gourous, la notion d’autonomie des personnes (en tout cas l’autonomie perçue) est cruciale pour la motivation et la performance des personnes : il est clair que ces hurluberlus n’ont aucune expérience de terrain, car ils sauraient que l’autonomie est le vestibule de l’anarchie ! Enfin, l’association de l’autonomie, du sens et de la maitrise partagée des compétences constitue un levier d’intelligence collective. Ne me parlez pas d’ ‘intelligence collective’ : avec un groupe de personnes, c’est déjà difficile d’être ‘collectif’, alors ‘intelligent’… »
‘Les Chroniques Iniques’, pages 56 à 27, 2023

Quelques références pour hurluberlus  😉  :

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés