Mar 232014
 

Un nouveau document très difficile à traduire est enfin publiable. Il s’agit d’un texte original rédigé de la main de notre manager préféré : Le Chef.

Nota : Les chercheurs de l’Institut de Paléographie Managériale précisent que toute ressemblance, même lointaine, avec quelque situation entrepreneuriale, passée, présente et future, et qui pourrait amener le lecteur à réfléchir, est de la responsabilité du Chef, disparu dans notre futur lointain.

« Alors voilà, c’est la nouvelle mode en ce moment, il faut faire du collectif car il parait que ça rend intelligent… D’après les grands gourous de ce même moment, l’Intelligence Collective peut apparaitre lorsque sont réunies les quatre conditions suivantes (source : wikipédia) :

  • Une information locale et limitée : Chaque individu ne possède qu’une connaissance partielle de l’environnement et n’a pas conscience de la totalité des éléments qui influencent le groupe.
  • Un ensemble de règles simples : Chaque individu obéit à un ensemble restreint de règles simples par rapport au comportement du système global.
  • Des interactions sociales multiples : Chaque individu est en relation avec un ou plusieurs autres individus du groupe.
  • Une structure émergente utile à la collectivité : Chaque individu trouve un bénéfice à collaborer (parfois instinctivement) et sa propre performance au sein du groupe est meilleure que s’il était isolé.

Et, disent-ils ces hurluberlus, parmi les conditions  suffisantes à éliminer toute probabilité d’émergence d’une Intelligence Collective, il en est une qui serait d’une efficacité totale et immédiate : que les enjeux individuels prévalent sur les enjeux collectifs.

Alors moi je vous le dis, nous allons les battre sur leur propre terrain : nous pouvons utiliser ces points clés, en les prenant à contre-pied, pour étudier les facteurs d’émergence de la Connerie Collective :

  • une information globale et complète : tout le monde doit être au courant de tout, tout le temps, et si ce n’est pas possible, alors moi, je dois être au courant de tout, tout le temps… c’est pour ça que je suis le chef.
  • Un ensemble de règles complexes  : nos métiers sont complexes, le monde devient complexe donc pour pouvoir gérer les situations, nous mettons en place des règles, des circuits, des procédures complexes. A partir d’un certain de niveau de complexité, nous créons des systèmes pour simplifier les systèmes trop complexes, ce qui nous permet de complexifier l’organisation et de justifier que nous devons avoir des systèmes complexes… d’où le fait que je suis le chef, au vu du poste que j’occupe et de la complexité que je dois gérer.
  • Des interactions sociales limitées  : nous travaillons seuls (la solitude du pouvoir, sinon je ne serais pas le chef), et lorsque nous devons travailler à plusieurs, alors nous limitons les échanges au périmètre de nos équipes : le chef est là pour protéger son territoire de responsabilité, surtout dans une organisation complexe. Et si ce n’est pas possible, alors nous utilisons des règles complexes pour créer et gérer des interfaces entre équipes. C’est bien, les interfaces, ça justifie l’organisation en place. On peut même mettre en place des équipes qui s’occupent de la gestion des interfaces ! Formidable !
  • Une structure émergente utile à l’individu : ce qui compte finalement, c’est surtout que je m’en sorte, que je réussisse, afin d’obtenir la reconnaissance de mes pairs et surtout de mes chefs pour mes capacités à gérer la complexité, tout en l’entretenant. En bref, la structure est là pour que je l’utilise à mes fins et surtout à rester le chef, parce que je le vaux bien.

Et parmi les conditions suffisantes à favoriser avec une très grande probabilité l’émergence d’une Connerie Collective, il en est une d’une efficacité totale et immédiate : que les enjeux individuels prévalent sur les enjeux collectifs. C’est évident, c’est comme ça que le monde fonctionne !

Et le pire, c’est qu’il y a vraiment des Skippies pour faire croire à certains, surtout des fourbes, que le collectif serait la voie à suivre en réponse à certaines situations complexes. C’est vraiment n’importe quoi, ça se saurait ! Non mais je vous jure… moi , ce que j’en dis en fait… je veux bien essayer, mais il faudrait que j’obtienne les permissions pour ça… et c’est compliqué… alors, à quoi bon….« 

Les Chroniques Iniques, page suivante, 2014 à 0h27

  Un commentaire à “5 trucs pour faire émerger la Connerie Collective”

  1. Excellentissime !!!
    Ça sent le vécu à plein nez…

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés