Mar 252017
 

Avertissement
« Toute lecture des Contes de la Connerie Collective, sans compréhension préalable du-dit avertissement,
n’engage que son lecteur et réciproquement. »

« Messieurs, nous progressons ! » C’est ainsi que le Chef ouvrit la réunion opérationnelle de la semaine,
« les Dirigeants ont fini par comprendre que nous avons besoin de ressources et voici les instructions qu’ils ont partagées avec tous les Directeurs… »
Les Bougres firent silence et tous les regards se tournèrent vers le Chef, heureux de son effet et de son rang. Puis, lisant sur son écran, le Chef poursuivit :
« En synthèse, voici ce qu’ils disent… je résume car il y en a huit pages… alors…bla bla…oui…bla bla bla…voilà ! En gros, les Dirigeants demandent aux fonctions d’agir en partenaires actifs de notre projet d’innovation de rupture. Ils disent que c’est une opportunité d’éliminer les silos entre fonctions et fixent les trois conditions suivantes, je lis :
1.Le succès lié à la contribution de chacune des fonctions devra être factuellement et quantitativement mesuré, de façon à reconnaitre les performances respectives
2.Les rôles et responsabilités de chaque fonction devront être clairement établis et statués de façon à pouvoir identifier les responsables en cas de difficulté,
3.Le projet d’innovation de rupture devra intégrer pleinement les processus directeurs de chaque fonction de façon à ce que son suivi soit optimal…
-Génial ! s’exclama un des Bougres, on va pouvoir avancer et ils vont arrêter de se foutre de notre gueule !
-Tout à fait ! Il va falloir intégrer tout cela dans notre projet, je convoque le GISPEP sur le champ ! » répondit le Chef en se saisissant du téléphone et en appelant le GISPEP.

Le GISPEP, Gestionnaire de l’Intégration des Sous-Projets En Projets, frappa et entra dans la salle de réunion vingt-huit secondes après la fin du coup de fil. C’était pour lui un rôle d’importance car élaboré et confié par le Chef à qui du coup il rapportait directement. Le Chef lui avait vanté l’importance de ce rôle et lui avait dit qu’il comptait sur lui. Le GISPEP n’avait pas osé demander ce que le Chef attendait exactement de ce rôle car cela aurait montré une potentielle incompétence à comprendre ce rôle donc à le tenir. Du coup, le GISPEP, qui était observateur, s’était dit que ce qui intéressait le Chef, c’était des rapports qui lui montreraient à quel point les sous-projets étaient bien intégrés au Projet. Ainsi, depuis plusieurs semaines, le GISPEP harcelait les équipes pour obtenir des données fiables afin de les transformer en rapports. Et comme le Chef ne lui donnait aucun feedback, le GISPEP prenait sur lui, en déduisait que ce n’était sans doute pas suffisant et faisait des rapports qu’il considérait de plus en plus complets en demandant de plus en plus de données aux équipes.
« Alors ? Où en êtes-vous ? demanda le Chef au GISPEP, montrant ainsi que le GISPEP était dans une confidence à laquelle les membres du Comité de Direction n’avaient pas accès,
-Eh bien, j’ai fait le tour des popottes, comme vous me l’avez demandé la semaine dernière et toutes les fonctions sauf deux m’ont expliqué que comme ce projet n’avait pas été prévu dans leur budget, ils demandaient à ce que les coûts associés à ce projet au sein de leur fonction nous soit attribué…
-Quoi ? s’étrangla le Chef, mais il n’était pas à mon budget non plus !
-Je sais et je le leur ai dit, répondit le GISPEP, mais ils disent que c’est ça ou rien et comme ça vient des Dirigeants, ils vont le faire, ils sont d’ailleurs en train de nommer des GISPEP dans leurs fonctions respectives pour pouvoir gérer ça…
-Tant que j’ai l’information et le pouvoir de décision sur ce qu’ils font, ça me va, dit le Chef sentant une opportunité de puissance sur ses pairs des autres fonctions, je veux que chaque intervention de notre part en réponse à leurs questions leur soit facturée aussi, quelque soit l’intervention !
-Nous allons droit vers une usine à gaz, intervint le Fourbe, où se trouve le projet d’innovation dans tout ça ?
-Il se trouve que les Dirigeants ont demandé et que nous exécutons ! C’est un beau geste de leur part que de nous offrir cette opportunité !
-Peut-être, mais nous pourrions agir autrement… Quelles sont les deux fonctions qui n’ont pas réagi comme les autres ? Demanda le Fourbe au GISPEP
-Ce sont deux fonctions qui m’ont dit être très intéressées par ce projet auquel elles sont prêtes à contribuer…
-Quelles sont elles ?
-Il y a la fonction « Espaces Verts et Environnement » et la fonction « Administrative Processes Industrialization »…
-Pourquoi c’est en Angliche ?
-Ça sonne mieux qu’Industrialisation des Processus Administratifs …
-Attendez ! intervint le Chef, ce sont deux fonctions mineures de l’entreprise à côté des fonctions de poids comme la Recherche-Développement, l’Industriel ou les Services Commerciaux…
-Sans compter le Marketing, la Finance, le Contrôle de Gestion, renchérit une Bougre
-Et la Comptabilité ! surenchérit un autre Bougre
-Non…pas la Compta… reprit la Bougre, mais les autres oui… »
S’en suivit un débat sur l’importance relative et la criticité des différentes fonctions dans l’entreprise.

Quarante-cinq minutes plus tard, le Fourbe reprit :
« Et si nous commencions en impliquant les fonctions qui en ont envie ? Tout ce qu’elles apporteront sera utile et…
-Non mais tactiquement ce n’est pas possible ! Interrompit le Chef, vous me voyez défendre le projet en disant que les principales ressources sont les Espaces Verts ?
-Je ne vois pas en quoi cela est gênant : toutes les ressources volontaires sont bonnes à prendre et en plus cela pourrait donner envie à d’autres fonctions de nous rejoindre… ça s’appelle de la cooptation…On partirait d’abord avec ceux pour qui ce projet présente une utilité et on foutrait la paix à ceux qui n’en n’ont pas besoin… Rappelez-vous, nous sommes en plein territoire de rupture et donc d’incertitude !
-Bon ! Ça suffit ! Je suis le responsable de ce projet devant nos Dirigeants : toutes les fonctions doivent contribuer et les GISPEP sont là pour garantir que les frais occasionnés sont bien imputés sur les bons centres de coût ! Chacun son domaine et les vaches seront bien gardées ! «  Conclut le Chef en se levant.
La réunion prit fin à la satisfaction générale sauf un.
À l’issue de la réunion, dans le couloir, certains vinrent voir le Chef :
« Vous avez raison Chef, les bons comptes font les bons amis. Vous êtes fort Chef ! »
« Merci, vous êtes vraiment un bon Bougre, vous savez ce qui est bon pour nous et votre dévotion à votre Ch… à votre entreprise est à l’image de votre carrière future »
D’autres discutaient entre eux, créant une autre réunion et un bouchon dans le couloir :
« Dis donc, et l’autre qui voulait nous faire bosser avec les fonctions mineures… sur un projet de cette importance ! C’est vraiment comme s’il cherchait à déstabiliser l’entreprise ! »
« Et déstabiliser le Chef aussi ! »
« En tout cas, c’était une bonne réunion et le projet est en de bonnes mains maintenant, avec quatorze GISPEP supplémentaires ! »
« On va manger ? C’est « cuisines du monde », avec spécialités ardéchoises aujourd’hui !»

Toute ressemblance avec le chapitre précédent montre bien qu’il s’agit de deux chapitres distincts, et réciproquement.

Dans le prochain épisode :  » Avec les autres fonctions, le projet avance, mais où sont les résultats !? Le Chef reçoit des attaques en règle, la pression des Dirigeants s’accroit… Mais ça c’est une autre histoire ! »

Lien vers le Glossaire Inique

Lien vers la Table des Matières

Lien vers la Bibliographie

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés