Mai 202017
 

Avertissement
« Toute lecture des Contes de la Connerie Collective, sans compréhension préalable du-dit avertissement,
n’engage que son lecteur et réciproquement. »

Passé le choc de la semaine dernière, causé par la découverte de l’existence d’un premier élément de prototype réalisé en dehors de toute façon habituelle et validée de l’entreprise, le Chef avait demandé à voir cette première réalisation, dans la plus grande confidentialité et le plus complet anonymat.
La Bougre Complice avait organisé une rencontre dans les locaux du Club du Fourbe, à une heure tardive de façon à ce qu’aucune autre personne que les principaux protagonistes ne puisse les surprendre et propager quelque rumeur que ce soit.
Le Chef avait presque eu l’air intimidé lorsqu’il était entré dans le Club du Fourbe. La salle, prêtée par le responsable du site qui en secret aimait l’innovation de rupture, affichait un désordre complet au premier regard. Mais au second regard, un agencement apparaissait : c’était le bordel, mais un bordel organisé. Il y en avait partout, sur les murs, sur les tables. Les armoires ouvertes révélaient leur contenu d’outils, d’objets divers et incongrus. Dans un coin, sur une petite table, trônait ce qui ressemblait à une maquette qui avait certainement été élaborée par des enfants. Elle était constituée d’éléments disparates, d’anciens jouets, de bout de cartons coloriés, pliés, de ficelle. Il y avait même une coquille saint jacques disposée au sommet d’un rouleau de carton vertical, sans doute un ancien support de papier essuie-tout.
« Ce que vous voyez là est ce qu’on appelle le prétotype, présenta le Fourbe après les formalités de convenance et d’usage,
-Ce truc ? Mais c’est quoi ? »  demanda le Chef dont le regard semblait figé sur le prétotype.
Le Fourbe fit une description décodée de la maquette, expliquant ce que chaque objet symbolisait, ce que l’agencement entre les objets représentait : c’était une description complète, parlante, limpide de cette partie de la solution tant convoitée et inaccessible au Chef par les méthodes classiques.
Le Chef s’étrangla d’émotion :
« Mais bien sûr ! C’est évident comme ça ! Et ça va marcher ?
-En fait, ça marche, répondit le Fourbe, ce n’est que le prétotype et il a été très utile pour coopter les personnes à nous aider à réaliser le prototype correspondant…
-Tout le monde a accepté ?
-Non ! Bien sûr ! Ce qui compte c’est que ceux qui viennent se fassent plaisir ou y trouvent leur intérêt…
-Mais alors, il aurait pu n’y avoir personne !
-Ce n’est pas ce qui est arrivé…
-Mais comment le savoir a priori ?
-On ne peut pas et la réponse ne vient que si on agit, ce qui compte c’est de ne pas miser plus sur cette phase que ce qu’on est prêt à perdre si jamais personne n’était intéressé.
-Et c’était quoi dans votre cas ?
-Une heure pour le prétotype et une demi-heure pour construire le pitch correspondant…
-Et le prototype a marché…
-Voilà les résultats. »
Le Fourbe indiqua un tableau au mur montrant les hypothèses testées, les critères d’évaluation, les seuils d’acceptation et les résultats obtenus sur chaque critère : la plupart étaient satisfaisants, d’autres non. Le Chef s’approcha du tableau et s’intéressa à l’un des critères non satisfaits. Après quelques échanges entre le Chef et le Bougre au Stagiaire qui avait mis en oeuvre la partie du prototype correspondante, le Chef conclut que c’était tout à fait dans sa partie et qu’il voyait comment s’y prendre pour satisfaire ce critère-là.
« Vous venez d’être coopté !  Dit la Bougre Complice qui se détendait,
-C’est drôlement intéressant ! Répondit le Chef, il faut à tout prix surfer là-dessus ! Je réunis l’équipe demain matin en urgence ! »
Sur ce, le Chef prit congé, les sourires partagés allégeaient encore l’ambiance : c’était le pied !
Le lendemain matin, lors de la réunion, que le Chef ouvrit par « Mesdames ! »,  (C’est dire s’il était content), le Chef convainquit le reste de son équipe de faire des prétotypes sur tous les sujets relatifs à la solution de rupture portée par le projet. Bien sûr, il ne cita à aucun moment le Fourbe et son Club maudit, mais il propulsa, bien malgré eux, le Bougre au Stagiaire et sa Complice au rang d’experts absolus du prétotypage.
L’enthousiasme dans la salle était débordant, les propositions, les idées, les engagements allaient bon train. Spontanément les membres du Comité de Direction se mirent à collectionner leurs idées sur des post-it. Il y en avait un mur entier. Le Chef jubilait : c’était parti ! On sortait enfin de l’ornière ! Le groupe, livré à lui-même, ressemblait plus à une meute qu’à autre chose. Les membres du Comité de Direction enchérissaient les uns sur les autres, regroupaient les idées par thèmes, il y en avait partout lorsque le Chef intervint :
« Excellent ! Félicitations à toutes et tous ! Nous sommes prêts, grâce à vous, nous avons identifié tous les prétotypes qu’il nous faut réaliser… »
Le GISPEP intervint :
« Mais cela va consommer des ressources… je ne sais pas si …
-Ce n’est pas la question,  interrompit le Chef, ce qui compte maintenant c’est de faire, d’agir, de les construire, ces prétotypes !
-Si je peux me permettre, intervint le Bougre au Stagiaire, je recommanderai de nous méfier de l’enthousiasme du moment…
-Et quoi alors ? Vous n’êtes jamais content ! Lâchez-vous ! On y va comme vous en avez toujours rêvé !
-Ben… à vrai dire, c’est pas tout à fait ça…
-Ne chipotez pas ! On y va un point c’est tout ! Nous sommes tous convaincus, c’est formidable et on y va ! »
Un Bougre leva la main :
« Alors pour la maquette, je vois bien le principe, mais je n’ai pas le matériel…
-Pareil pour moi, renchérit un autre Bougre, et en plus je pense pas avoir le temps, même si c’est drôlement intéressant…
-Et puis c’est quand même une idée très différente, vous croyez vraiment qu’on va y arriver avec des jouets de gosses ? »
Le Chef regarda son équipe dans un silence qui se rafraichissait jusqu’à devenir glacial, il se tourna vers le GISPEP :
« Vous pouvez m’intégrer ces prétotypes dans le projet et me dire quelles ressources seront nécessaires et pour combien de temps ?
-C’est faisable, donnez-moi deux jours….
-Bon… le Chef semblait perdu dans ses pensées, on fait le point la semaine prochaine à la réunion… »
Le Chef s’approcha du Bougre au Stagiaire :
« C’est bien vos méthodes, mais vous voyez… il faut quand même activer les processus habituels, sinon l’équipe ne suit pas… merci quand même et à la semaine prochaine. » Puis la salle se vida, laissant le Couple Complice sans voix, abattu. Le Fourbe, sur son chemin vers la cantine, s’arrêta sur le pas de la porte :
« Alors ? Comment ça s’est passé ?
-Une catastrophe… répondit la Bougre Complice, pourtant à un moment on y a cru, il y avait un tel enthousiasme, les gens étaient vraiment mobilisés et puis d’un coup, tout s’est arrêté… On se serait cru revenus au tout début (Relire « Premiers Obstacles »)
-Ça arrive, répondit le Fourbe, lorsque l’enthousiasme est juste de l’exaltation et n’est pas placé dans la durée…
-Qu’est-ce que ça veut dire ? Demanda le Bougre au Stagiaire,
-En fait, l’enthousiasme est clé et il s’agit de l’utiliser à la fois en le cadrant et en le nourrissant…
-Cadrer l’enthousiasme ? Ce n’est pas un peu paradoxal ?
-Ça peut le paraitre, c’est vrai… le point c’est surtout de donner un rythme à l’équipe, c’est de se baser sur l’enthousiasme pour engager les plus motivés sur un rythme de rencontres fréquentes et courtes, genre une heure par semaine, toutes les semaines…
-Mais pour faire quoi ?
-C’est l’autre cadre propice à l’enthousiasme : il s’agit de déterminer par quoi commencer parmi toutes les idées et possibilités. Ce qui compte, c’est que la séquence des actions et délivrables ait du sens pour l’équipe. Pour cela, il suffit que cette séquence raconte une histoire, celle du succès à venir.
-Ah oui ! Et on peut la créer en collectif ! Lâcha la Bougre Complice, et du coup on a une histoire qu’on se raconte et qu’on ajuste toutes les semaines !
-Et ça, c’est propice à maintenir l’enthousiasme, pour peu que succès comme échecs soient célébrés…
-Quoi ?
-On verra ça plus tard ! Moi j’ai faim, dit le Fourbe, et c’est tard, on va manger ? »
Ils sortirent dans le couloir, il n’y avait personne.
« Y a quoi aujourd’hui ?
-Je ne sais pas… c’est bien la première fois… »

Toute ressemblance avec le chapitre précédent montre bien qu’il s’agit de deux chapitres distincts, et réciproquement.

Dans le prochain épisode : « Le Fourbe est convoqué par le Chef… Mais ça c’est une autre histoire ! »

Lien vers le Glossaire Inique

Lien vers la Table des Matières

Lien vers la Bibliographie

 

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés