Juil 012017
 

Avertissement
« Toute lecture des Contes de la Connerie Collective, sans compréhension préalable du-dit avertissement,
n’engage que son lecteur et réciproquement. »

Au lendemain de sa rencontre houleuse avec le Chef, et après mûre réflexion, la Bougre Complice avait pris la parole lors de la réunion tactique quotidienne de l’équipe travaillant sur le projet d’innovation de rupture  : « Nous n’allons pas assez vite aux yeux du Chef et des Dirigeants. Il semble que les autres fonctions nous cassent du sucre sur le dos, mais ce n’est qu’une hypothèse. Donc vigilance ! On se rapproche des fonctions, on connecte bien avec eux et surtout on ne prend plus de gants sur les résultats, on avance, on gère, ce qui compte c’est l’utilité apportée au bon moment, quel que soit le changement que cela demande ou que cela génère.
-Ça va être coton d’embarquer tout le monde, rétorqua un des membres de l’équipe
-Sans doute, donc nous irons à l’essentiel : cooptation à fond ! On avance le plus loin possible avec tous ceux qui ont envie de nous accompagner. Et pour être sûrs d’avoir du monde, on pitche à tous vents, c’est notre priorité.
-On met les prototypes en suspens ?
-Oui. Que pouvons-nous nous permettre en terme de temps passé sur la cooptation plutôt que sur les prototypes, sans avoir de regrets si nous nous plantons ?
-Je dirais un jour pour tous, répondit le gestionnaire du portefeuille projet
-Bien : Nous utilisons la journée de demain pour pitcher aux 4 vents et tentons de coopter un maximum de monde. Nous ferons un point du résultat demain soir. »

Un mois plus tard, la Bougre Complice était à nouveau convoquée par le Chef pour « faire un point ». Elle s’y était rendue avec confiance car la décision prise un mois plus tôt avait été la bonne et les prototypes avançaient à grande vitesse, engendrant des changements parfois impressionnants surtout dans l’état d’esprit des personnes. Elle allait vite découvrir que c’était une erreur…
« Installez-vous » dit le Chef sans lever la tête car il lisait un document d’importance, la newsletter de la cafétéria, lorsque la Bougre Complice entra après avoir longuement frappé. La Bougre Complice s’assit et put constater que les piles sur le bureau du Chef n’avaient pas bougé d’un poil, confirmant la rumeur. À l’issue d’un silence gênant, le Chef releva la tête, fixa ses yeux dans ceux de son interlocutrice et lâcha :
« Quand, il y a un mois, je vous demande d’accélérer, je ne vous demande pas de faire n’importe quoi !
-Mais…
-Laissez-moi parler ! C’est incroyable votre manie d’interrompre les gens ! Est-ce que vous vous rendez compte du bordel que vous êtes en train de semer ? Vous appelez ça de l’innovation ? C’est n’importe quoi, oui ! Il y a des changements partout ! On ne sait plus à quel saint se vouer ! Ils ne sont pas coordonnés, vous n’êtes pas foutue de nous donner des projections à cinq ans et les fonctions prennent en charge maintenant leurs propres coûts associés à leur partie du prototype, du coup on ne sait même plus combien vous nous coutez !!! Ça va beaucoup trop vite ! Je vous demande d’arrêter immédiatement ! » La newsletter de la cafétéria tremblait un peu, traduisant l’énervement du Chef qui s’en rendit compte et la posa vivement sur la table. La Bougre Complice, abasourdie, cherchait ses mots :
« Vous voulez dire que les résultats ne sont pas ceux que vous attendiez ?
-… Si , ce n’est pas là le problème…
-Nous consommons trop de ressources ? Parce que les fonctions sont toutes volontaires et ça ne semble pas leur poser de problème, mais…
-Non ! Ce ne sont pas les ressources le problème… Je vais vous le dire, le problème, puisque vous ne le voyez pas : le problème c’est que vous faites trop changer les choses !
-… Mais les résultats sont très vite transformés en bénéfices pour les personnes, les clients…
-Oui ! C’est vrai, mais il y a trop de changements à la fois, c’est de la turbulence, pas de la transformation !
-Mais chacun agit à son rythme et crée les choses qui lui sont utiles au bon moment…
-Oui ! Mais c’est trop hétéroclite, ça change trop vite, les Dirigeants ont du mal à suivre et ils n’aiment pas ça… pas ça du tout…
-…
-Ce qu’il faudrait, l’idéal… et j’ai bien envie de vous fixer cela comme un objectif personnel… ce serait de conduire cette innovation de rupture en ne changeant pratiquement rien… vous voyez ? L’entreprise, ses Dirigeants, moi, nous obtiendrions les bénéfices de cette innovation de rupture tout en faisant comme on a toujours fait…
-…
-Je me rends compte que c’est un vrai challenge et peut-être ne serez-vous pas à la hauteur, mais je suis un entrepreneur dans l’âme, je prends le risque : ne me décevez pas !
-…Mais vous êtes en train de demander de faire changer les choses sans les changer … C’est comme me demander d’avancer en reculant… C’est impossible !
-Taratata ! D’autres y arrivent ! Tenez, regardez le GISPEP, eh bien on peut dire qu’avec sa Business Innovation Technico-Economique, il avance et il recule, et tout le monde est content ! C’est vraiment super cette innovation rétrograde ! Je ne vois pas pourquoi vous ne feriez pas comme lui ! »
La réunion , en gros, s’était terminée là-dessus et la Bougre Complice s’était ruée chez le Fourbe qui, heureusement, était dans son bureau :
« Ça s’appelle une double contrainte, lui dit le Fourbe après que la Bougre Complice eut achevé son récit, on peut dire que c’est une forme de nœud gordien…
-Et j’en sors comment ?
-Dans le cas présent, il s’agit de sortir du système qui génère la double contrainte…
-Il s’agit juste du Chef et des Dirigeants ! s’exclama la Bougre Complice avec un sourire triste
-Cherche d’autres alliés qui auraient envie de créer autre chose. Le problème est que le projet d’innovation de rupture, par ses changements induits, est vu par certains comme une menace. Et réciproquement, l’Entreprise, avec ses processus rodés du quotidien représente une menace pour le projet, en le paralysant. C’est exactement ce que tu es en train de vivre… Ce qu’il te faudrait, ce sont des acteurs extérieurs, qui ne sont pas des concurrents, qui pourraient t’aider à mener les prototypes sans trop impacter l’entreprise… »

Trois semaines après cette entrevue, la Bougre Complice rejoint le Fourbe, accompagnée du GISPER et de l’oncle du Stagiaire, celui qui était membre d’ADAM, l’association des anciens managers :
« Alors voilà, avec le GISPER et ADAM, nous sommes en train de monter un Club comme le tien qui sera ouvert sur l’innovation de rupture, mais avec le bénéfice d’un réseau externe compétent. On a décidé de l’appeler ‘le Rupture Club’ … Le projet de rupture ne serait plus un projet de l’Entreprise, mais un projet du ‘Rupture Club’, comme ça s’il échoue, cela n’impacte pas l’Entreprise, mais aussi l’Entreprise aura beaucoup moins d’influence restrictive sur son avancée et ses méthodes…
-C’est aussi une formidable possibilité de formation et pourquoi pas de mobilité de nos troupes, reprit le GISPER, c’est vraiment une super opportunité pour vous, pour moi…
-Et le réseau ADAM est enthousiaste car toutes ces expériences et savoirs réunis, provenant de plus de vingt entreprises et universités, sont désormais utiles à autre chose que des repas nostalgiques ! ajouta l’Oncle,
-Voilà, on voudrait savoir si ça t’intéresse de nous rejoindre, on s’est dit qu’avec le Club, il y aurait de super synergies… »
Le Fourbe fit mine de réfléchir et accepta sur le champ, restait à mettre le Chef au courant :
« Ça, je m’en occupe !  dit le GISPER, je pense que j’aurai le support d’au moins un Dirigeant !
-Comme quoi, en tranchant dans le vif, nous rassemblons, lâcha le Fourbe, le regard dans le vague. On va manger ?
-Oui ! J’ai faim ! C’est quoi aujourd’hui ?
-Ils refont une semaine de la Santé Malgré Vous, aujourd’hui je crois que c’est la journée des Oto-rhinos, que des trucs à la moutarde forte ou au wasabi et qui croustillent, il parait que c’est super ! »

Toute ressemblance avec le chapitre précédent montre bien qu’il s’agit de deux chapitres distincts, et réciproquement.

Dans le prochain épisode : « Le GISPEP accule la Bougre Complice dans un coin… Mais ça c’est une autre histoire ! »

Lien vers le Glossaire Inique

Lien vers la Table des Matières

Lien vers la Bibliographie

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés