Oct 282017
 

Avertissement
« Toute lecture des Contes de la Connerie Collective, sans compréhension préalable du-dit avertissement,
n’engage que son lecteur et réciproquement. »

 

Le Stagiaire se tenait devant la Bougre Complice, un peu gêné, un peu en colère, un peu perdu aussi :
« Et il t’a demandé de lui raconter comment nous travaillons ? demanda la Bougre Complice,
-Oui… Mais c’était bizarre, c’était comme si c’était un secret…
-Tu veux dire le fait de lui raconter ou bien la façon dont nous travaillons ?
-Un peu les deux. En fait j’ai rien compris à ce qu’il voulait. En gros, il voulait que je le rencontre régulièrement, et discrètement, pour lui raconter comment tu bosses avec ton équipe. Je lui ai dit que c’était pas un secret, qu’il avait qu’à venir à vos réunions, il verrait bien.
-Tu as bien fait ! Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Alors il va venir voir ?
-J’en sais rien, ça n’a pas eu l’air de le convaincre… Il m’a dit qu’il n’avait pas le temps, que c’était surtout pour compléter les rapports qu’il assemble. En fait, il avait pas l’air à l’aise non plus… Je te jure, c’était vraiment bizarre comme situation !
-J’imagine ! Écoute, c’est pas grave, ça montre juste qu’il est peut-être intéressé par nos approches. A l’occasion, si je le vois, je lui en parle.
-OK.
-Là je file, j’ai rendez-vous avec le Fourbe.»

Pendant ce temps, le GISPEP racontait son échec à retourner le Stagiaire au Chef, qui le prenait mal et qui gueulait, soucieux qu’il était de faire des actes de management à l’égard du GISPEP. Après un bon quart d’heure de reproches, insinuations et autres jugements abrupts, le Chef s’adossa à son fauteuil, s’assura que les piles de documents sur son bureau étaient bien alignées, et prit une profonde inspiration :

« En fait, c’était une connerie de vouloir retourner le Stagiaire… Un jeune, c’est con, ça a des loyautés à la con et imprévisibles… Si vous me l’aviez demandé, je vous l’aurais dit ! Mais non ! Vous préférez foncer tête baissée sans réfléchir ! Prenez-en de la graine et apprenez à réfléchir avant d’agir !
-Mais c’est vous qui m’avez demandé…
-C’était un test, bordel ! Et vous avez échoué… Une fois de plus, devrais-je dire… Alors maintenant voilà ce que nous allons faire : nous allons muter quelqu’un dans cette équipe avec un rôle bien précis qui fera que cette personne ne saura même pas qu’elle espionne pour nous !
-Ah bon ? Parce que le Stagiaire m’a dit que leurs méthodes de travail n’étaient pas un secret, il m’a même invité à assister à leurs réunions…
-Bien sûr ! Pour garder la main ! Pour montrer que la Bougre Complice a le Savoir et l’Expérience et pas moi ! C’est dingue… vous n’avez aucune sensibilité à la manipulation !
-C’est qu’il m’a semblé sincère… vraiment ! J’irais bien assister à une de leurs réunions…
-Jamais ! Mais vous ne comprenez rien à rien ! C’est moi qui fixe le cadre et les conditions : je sais que ces méthodes, c’est du flan ! C’est juste une mode ! Et je le démontrerai ! Mais s’ils connaissent notre intention, alors ils vont tout biaiser et je n’aime pas me faire biaiser !… Elle est bonne, non ?
-…
-Je sais ce que nous allons faire… Je vais créer un poste dans votre équipe…
-Mais je suis tout seul, je n’ai pas d’équipe…
-Justement ! Il est grand temps que vous soyez soutenu dans vos efforts ! Ce qu’il vous faut, c’est une personne habilitée à recueillir les informations opérationnelles dans les équipes (dont celle qui nous intéresse) afin de consolider des rapports intégrant les méthodes de travail.
-Mais ça je peux le faire, juste en allant aux différentes réunions de pilotage des équipes…
-Non ! Pas vous ! Mais c’est incroyable ! Vous êtes plus obtus qu’un angle droit ! Ce poste s’appellera le Gestionnaire des Rapports Opérationnels Consolidés, Ordonnés et Numérisés. Numérisés car nous sommes à l’ère du Digital : montrons-leur que nous aussi, nous sommes à la page…
-Et pourquoi « ordonnés » ?
-Ben il manquerait plus que ce soit le bordel ! C’est important que ces rapports soient ordonnés, non ?
-…
-Pour faire plus court, on l’appellerai le GROC…
-…
-A qui on propose ce poste ? Vous avez une idée ?
-…
-Non ? Vous ne voyez pas ? Eh bien, nous allons le proposer au Bougre au Stagiaire ! Comme ça on a le beurre, l’argent du beurre, la crémière et les vaches… Vous pourrez jouer avec les vaches, si vous voulez !
-…
-Oh, quoi, vous avez vraiment pas d’humour ! Allez, décision prise, rédigez-moi cette définition de poste fissa ! Du résultat, de l’action, du RE-SUL-TAT !
-OK, je m’y mets.
-Et pendant ce temps, j’informe le Bougre au Stagiaire qu’il a un nouveau rôle, vous lui expliquerez le reste, puisqu’il vous rapporte maintenant. Vous voilà manager ! Merci qui ?…
-…
-Hein ?
-Merci Chef… »

Le temps de cette rencontre, la Bougre Complice était arrivée chez le Fourbe. Elle avait besoin de conseils car la phase de sortie de l’hiver était bien finie, l’énergie de l’équipe était là, puissante, presque indomptable et les opportunités étaient là aussi. Cela présentait un double risque pour l’équipe : celui de se replier sur elle-même pour pouvoir se concentrer sur ses actions dans un environnement turbulent et riche et celui, opposé au premier, de voir l’équipe gaspiller son énergie en papillonnant au gré des opportunités se présentant.
« Ton analyse est bonne, dit le Fourbe, il y a bien ces deux risques.
-Le problème, c’est qu’ils sont les deux faces d’une même médaille : si j’évite l’un, je tombe dans l’autre, et réciproquement.
-C’est effectivement l’impression que cela peut donner. Pourtant il y a une solution qui évite les deux pièges, le problème c’est que cette solution, pour se comprendre, demande à être mise en oeuvre…
-Tu veux dire qu’il faut que je mette en place une chose que je ne comprends pas pour pouvoir la comprendre ?
-Pas forcément que tu ne comprends pas. Disons une solution dont tu ne perçois pas le lien entre ce qu’il suffit de faire, et les effets qu’elle produira, qui iront bien dans le sens de ce que tu cherches… C’est un peu comme si, pour construire le pont, il fallait traverser le fleuve…
-Voilà voilà… c’est parti pour les mystères… tu m’aides un peu ?
-En fait, il s’agit de garder ton équipe ouverte à toutes les opportunités extérieures, tout en garantissant qu’elle ne surfe que sur les bonnes et là, qu’elle s’implique à fond.
-C’est ça !
-Eh bien, l’approche consiste à développer des rituels…
-Hein ? Tu veux dire qu’on va sacrifier des animaux ou autre chose ?
-Non ! Ce que ton équipe et toi allez ritualiser ce sont les processus élémentaires de travail en équipe, ceux que vous utilisez déjà quelques fois…
-Tu veux dire processus de décision, de co-construction, etc. Tu parles des 5 processus ?
-Oui ! C’est le moment de les rendre systématiques, quelle que soit la situation ou l’enjeu, cela deviendra le point de stabilité de l’équipe, son côté introverti.
-Mais ça va être super lourd… super chiant, même !
-Tu vois ? Sans être mise en oeuvre vraiment, cette solution ne livre pas ses trésors…
-…
-Il va falloir, pour ton équipe et toi, de la volonté à appliquer systématiquement ces 5 processus. Ce ne sera pas facile, vous échouerez parfois et puis à un moment donné, l’évidence sera là et vous aurez traversé le fleuve tout en construisant le pont.
-Et ce sera quand ?
-Aucune idée, impossible à dire… vous le constaterez après coup !
-Bon… c’est pas encourageant… mais je te fais confiance …
-Parfait ! On va manger ? Aujourd’hui, c’est rate de porc tartare avec son écrasée de brocolis confits au miel… Il parait que c’est super ! »

Toute ressemblance avec le chapitre précédent montre bien qu’il s’agit de deux chapitres distincts, et réciproquement.

Dans le prochain épisode : « Le Bougre au Stagiaire se fait embobiner, le plan machiavélique s’étoffe… Mais ça c’est une autre histoire ! »

Lien vers le Glossaire Inique

Lien vers la Table des Matières

Lien vers la Bibliographie

 

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés