Déc 022017
 

Avertissement
« Toute lecture des Contes de la Connerie Collective, sans compréhension préalable du-dit avertissement,
n’engage que son lecteur et réciproquement. »

L’ambiance était à la fête dans le bureau du Chef. Ses collaborateurs , bons Bougres, levaient leur verre. C’était officiel, le Chef était maintenant promu au rang de consultant interne et exclusif auprès des Dirigeants en matière d’innovation et méthodes de travail dans le cadre du programme Flextor dont il prenait la direction. Il allait pouvoir influencer, du moins c’est ce qu’il croyait, les décisions sur ce sujet délicat de l’Agilité.
En plus, c’était pour lui l’avant-dernière étape d’un périple dont la dernière consistait en devenir lui-même Dirigeant, apothéose de sa carrière. Finalement, pour le Chef, le sens de tout ce qu’il avait fait pour l’Entreprise était porté par la perspective de devenir Dirigeant un jour et ce moment n’avait jamais été aussi proche. Certes, il restait quelques obstacles personnalisés par les membres de cette presque secte de l’Agilité mais il en ferait son affaire et c’était plutôt bien parti.
Pourtant, sa tactique consistant à ré-introduire le Fourbe au sein du Comité de Direction souffrait des atermoiements des Dirigeants qui semblaient peiner à valider ce point. En effet, bien que les Dirigeants se sentissent au top de la Flexibilité et de la Réactivité, l’Organisation en était très loin. Ce paradoxe ne semblait émouvoir personne à part quelques Bougres de ci de là , notamment ceux qui tendaient à considérer les agissements de la Bougre Complice et son équipe avec intérêt. Bref, le Chef allait devoir attendre encore pour récupérer le Fourbe car les démarches et autorisations nécessaires prenaient du temps et que ce qui comptait c’était d ‘abord le processus.
Quoiqu’il en soit, l’ambiance était à la fête et le Chef recevait les compliments de ses Bougres avec une modestie feinte et un bonheur turgescent.
« Mes amis, dit le Chef en tapant sur son verre avec son Mont Blanc, mes amis ! »
Les conversations cessèrent et les visage se tournèrent de concert vers le Chef qui reprit :
« Cette réussite qui est la mienne, je n’oublierai jamais que vous y avez contribué ! Certains plus que d’autres, il est vrai, mais ce n’estt pas le jour pour faire le point, c’est plutôt le jour pour apprécier qu’un travail bien fait, honnête, transparent porte toujours ses fruits et nous venons d’en faire une nouvelle démonstration éclatante ! »
Les Bougres applaudirent avec ferveur, dans cet état de communion bizarre que procurent ces discours de satisfaction. L’enthousiasme était à son comble : cette équipe allait devenir l’Equipe de référence au sein de l’Entreprise et ils en faisaient partie. Les egos se gorgeaient, se congratulaient, se déversaient les uns sur les autres sachant que chaque échange ne pouvait que les renforcer. En gros c’était la fête du slip pour les egos et nul n’avait envie que ça s’arrête, quand le GISPEP, qui n’avait pas pu rejoindre l’orgie à temps, entra dans le bureau du Chef, se précipita vers lui et lui chuchota quelques mots à l’oreille. La mine du Chef s’assombrit, et ce fut comme une déflagration qui se propagea très vite dans la salle : la fête était finie, le Chef remercia et congédia tout le monde sauf le GISPEP : il y avait une affaire urgente à régler. Chacun s’exécuta et quitta le bureau du Chef qui se vida en quelques secondes.

Pendant ce temps, la Bougre Complice, le Fourbe et le Skippy partageaient avec toute l’équipe du projet d’innovation de rupture une conversation animée et enthousiaste autour d’un verre. Le Bougre au Stagiaire venait de les rejoindre, accompagné du Stagiaire dont la convention de stage venait d’être renouvelée et prolongée pour la dix-septième fois, ils avaient eux aussi quelque chose à fêter.
Ceux de l’équipe de la Bougre Complice arrosaient leur arrivée en haut du mur des demandes, ce qui s’était traduit par deux choses : les demandes arrivaient maintenant en nombre raisonnable et il n’y avait plus aucune demande inutile à la progression du projet. Mieux, une fois en haut, ils avaient pu constater que le mur était en fait une falaise : il n’y avait pas à redescendre de l’autre côté. Encore mieux : le plateau vers lequel le mur les avait emmené était lisse, avec des pentes douces et accueillantes, la visibilité était étrangement bonne et cela inspirait une confiance immense à tous les équipiers. Bref les conversations et les rires allaient bon train. Les souvenirs des difficultés passées et surmontées étaient source principale de joie dans la salle de réunion. Le Skippy s’entretenait avec la Bougre Complice, le Fourbe et le Bougre au Stagiaire :
« Vous vous souvenez ? dit le Skippy à la Bougre Complice, lorsque je vous ait dit qu’il vous fallait être à la fois Yack et Oiseau pour parvenir en haut du mur, cela vous avait paru paradoxal, presque impossible…
-Pourtant on a réussi, répondit la Bougre Complice dans un grand sourire, en fait, ce qui rendait ce point difficile, c’était d’oublier deux choses : la puissance d’un groupe et la notion de temps…
-Dites… vous vous mettez à parler comme le Fourbe… méfiez-vous ! lâcha le Skippy déclenchant une réaction faussement offusquée du Fourbe,
-C’est vrai, répondit la Bougre Complice, peut-être que je commence à comprendre ! En tout cas, être à la fois Yack et Oiseau, c’est facile ! Pour un groupe, c’est facile ! C’est de s’assurer qu’il y a toujours des équipiers ‘Oiseaux’ et des équipiers ‘Yack’ en présence et que les Oiseaux parlent en permanence aux Yacks et réciproquement. Ainsi, notamment par le processus décision, pas de risque ni de foncer aveuglément dans les filets de l’oiseleur, ni d’avancer trop précautionneusement là où ça n’a pas de sens.
-Bravo, dit le Bougre au Stagiaire, je comprends mieux maintenant ton management sur cette dernière période. Mais tu as parlé du temps comme autre facteur important, qu’est-ce que tu veux dire ?
-L’Agilité, c’est un état d’esprit avant tout et c’est aussi une façon d’agir, notamment par itération et c’est ça la composante de temps !
-…
-En fait, nous progressons par itération, tantôt Yack, tantôt Oiseau et afin d’éviter à l’Oiseau de prendre trop de vitesse, on fait des itérations courtes et plus nombreuses. Du coup, le Yack a moins de temps pour trainer aussi. Bref, on a progressé en augmentant la fréquence des itérations, en diminuant l’ampleur des décisions ce qui a facilité leur mise en oeuvre en donnant du coup des informations qui permettaient aux Oiseaux de savoir quoi chercher une fois en vol. Les vols étant cours, les Yacks étaient rapidement informés sur les courtes étapes à mener, qui du coup devenaient presque faciles.
-Wow ! C’est pas con du tout, réagit le Bougre au Stagiaire en levant son verre »

Pendant ce temps, le Chef et le GISPEP était en grande conversation :
« Mais bordel, qu’est-ce qu’il lui a pris ? s’enquit le Chef entre désespoir et colère,
-Il en est conscient maintenant, mais sur le coup de l’enthousiasme il a voulu saisir cette opportunité pour se faire de la pub ainsi que sur votre action auprès de ce Dirigeant…
-Mais quoi ? Je ne lui ai rien demandé ! Il joue à quoi ce Bougre ? Il veut ma place ? C’est quelqu’un de confiance ou je le vire tout de suite ?
-Je pense qu’il est de confiance. En fait, avec votre promotion, il s’est senti pousser des ailes et lorsqu’il a vu ce Dirigeant qui mangeait tout seul à la cafétéria, il lui a proposé de le rejoindre pour le repas.
-Mais putain, il fait bien ce qu’il veut pour manger mais il parle de tout et de rien ! Pas de notre stratégie pour mettre de côté la Bougre Complice et sa clique !
-Il m’assure que c’est le Dirigeant qui lui a posé la question et que c’était difficile pour lui de rester évasif, surtout avec votre promotion…
-Quelle question ?
-Apparemment il aurait demandé ce que serait les prochaines étapes pour notre équipe dans le cadre de Flextor…
-C’est une catastrophe, ce con de Bougre ne voit donc pas que les actions ont toutes des conséquences ? Il reste à la surface alors que c’est dans les profondeurs que se trouvent les vrai risques, merde ! Il suffisait qu’il m’en parle, fais chier ! Bon ! Vous allez me récurer cette merde !
-…
-C’est votre rôle après tout et c’est une opportunité pour vous de grandir. Virez-moi ce con, rassurez le Dirigeant, nettoyez-moi tout ça du sol au plafond et tout ça sans douleur pour moi ! Flextor, ‘c’est la Flexibilité sans la douleur’ eh bien c’est le moment : soyez Flexible et sans douleur ! Du résultat, du RE-SUL-TAT bordel ! Tirez-vous et revenez avec des résultats ! » conclut le Chef en tournant le dos au GISPEP qui quittait le bureau dans un état second.

Au même moment, avec le Skippy, la Bougre Complice et le Fourbe, le Bougre au Stagiaire prit la conduite de la conversation :
« Alors voilà, vu le succès de votre équipe et aussi avec tout ce que j’ai observé, j’ai décidé de faire un rapport spécifique sur cette équipe et ce projet pour le présenter directement au Chef et lui montrer qu’il se trompe au sujet de l’Agilité.
-… Est-ce bien nécessaire ? S’enquit la Bougre Complice
-Bien sûr ! Il est temps de crever l’abcès ! J’ai déjà pris rendez-vous pour demain matin…
-Mais il vient d’être promu comme directeur de Flextor ! réagit le Fourbe
-Justement, c’est injuste et ça doit se savoir !
-Vous êtes sûr de votre décision ? demanda le Skippy
-Tout à fait ! Mais j’ai compris aussi l’intérêt du processus de décision ! C’est pourquoi, j’ai décidé de l’appliquer et de vous consulter… »
Les trois compères se détendirent de concert, le Bougre au Stagiaire reprit :
« Je vous consulte sur cette décision, sachant que je ne suis pas obligé de prendre en compte vos points de vue, c’est bien ça ?
-Tout à fait, mon point de vue est que c’est une connerie, dit la Bougre Complice
-Merci, répondit le Bougre au Stagiaire
-Pour moi , c’est une imprudence, cela peut avoir des conséquences contre notre groupe que nous ignorons et que nous ne maitriserons pas, dit le Fourbe
-Merci, répondit le Bougre au Stagiaire
-Vous avez l’air d’avoir compris le processus de décision, dit le Skippy
-Merci, dit le Bougre, je maintiens ma décision, et on passe au tour d’objections
-J’ai une objection, dit le Skippy, si vous allez voir le Chef juste pour lancer le pavé dans la mare, il y aura des conséquences. Je ne sais pas lesquelles, mais je sais par contre qu’il sera impossible de revenir en arrière, d’effacer le pavé, la mare et les vagues… ce qui fait de cette objection une objection recevable…
-Merde, lâcha le Bougre au Stagiaire, ça veut dire que je suis bloqué ? Que je ne peux pas mettre ma décision en oeuvre ? Pourtant je sais qu’il faut faire quelque chose envers le Chef !
-Lorsqu’il y a objection recevable, ce n’est pas la fin du monde ! rétorqua le Skippy, en tant qu’objecteur cela me donne juste le devoir de travailler avec vous pour trouver une décision qui vous satisfasse et qui respecte l’objection !
-Ah bon ? Vous allez travailler avec moi ?
-Ben oui, dit le Skippy dans un sourire,
-Moi aussi, ça m’intéresse dit le Fourbe
-Moi aussi ! Renchérit la Bougre Complice
-… Incroyable, je réalise que j’allais peut-être faire une connerie et qu’en retour je trouve des alliés pour m’aider à avancer… ça change !
-Eh oui, la connerie comme vous dites, était juste de rester à la surface des choses, porté et aveuglé par le succès qui incite à faire des trucs pas toujours terribles… Pour rester efficacement en surface, il faut travailler en profondeur !
-…
-Bon ! On va manger ? Parce qu’après on a du boulot, la réunion du Bougre au Stagiaire est demain matin ! dit la Bougre Complice, aujourd’hui c’est ‘Brochette LED : Leetchis-Escargots avec bol de Danette chaude’, il parait que c’est super ! »

Toute ressemblance avec le chapitre précédent montre bien qu’il s’agit de deux chapitres distincts, et réciproquement.

Dans le prochain épisode : « La situation se complique pour le Chef et la Bougre Complice… Mais ça c’est une autre histoire ! »

Lien vers le Glossaire Inique

Lien vers la Table des Matières

Lien vers la Bibliographie

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés