Déc 092017
 

Avertissement
« Toute lecture des Contes de la Connerie Collective, sans compréhension préalable du-dit avertissement,
n’engage que son lecteur et réciproquement. »

Le Chef n’avait aucune nouvelle des Dirigeants au sujet de sa demande de réintégrer le Fourbe à son Comité de Direction, pourtant cela faisait maintenant bien plus d’un mois que les Dirigeants lui avaient dit qu’ils lui répondraient dans un mois. Ses demandes restaient lettre morte. Et puis…
La nouvelle était tombée un soir.
Les Dirigeants avaient décidé de revoir la Stratégie de l’Entreprise pour mieux l’ajuster au contexte variable du moment.
La communication mentionnait qu’il était maintenant ‘important de recentrer l’Entreprise sur ses fondamentaux afin de pérenniser sa croissance dans le futur.’

Bien sûr, personne ne savait vraiment ce qu’étaient ces ‘fondamentaux’ mais tout le monde en avait une interprétation solide et assurément vraie, ce qui permettait de débattre, de prévoir, d’imaginer ce qui se passait dans la tête des Dirigeants.
Les conversations allaient bon train, ainsi que les rumeurs, car les deux étaient des vecteurs de reconnaissance et d’affirmation de soi : il y avait ceux qui avaient un diagnostic et qui étaient écoutés, et il y avait ceux qui écoutaient pour avoir un diagnostic qu’ils partageraient à leur tour.
Quelques jours plus tard, une autre nouvelle était tombée. C’était un soir, aussi.
Les Dirigeants avaient décidé de recentrer les budgets sur les fondamentaux de l’Entreprise au détriment des activités qui ne faisaient pas partie de ces fondamentaux.
La question de chacun fut alors : ‘mon activité fait-elle partie des fondamentaux ?’
Il y eut alors ceux pour qui c’était une évidence car ils contribuaient directement au chiffre d’affaire de l’Entreprise. Il y eut aussi ceux pour qui le doute était à son comble car leur contribution était indirecte, mais il y avait de l’espoir. Et puis, il y avait ceux pour qui le doute n’était pas permis, ils contribuaient à un futur possible de l’Entreprise, mais sur le court terme, ils représentaient un coût plutôt qu’un revenu : leur activité ne faisait pas partie des fondamentaux.
Le programme Flextor, mené par le Chef, faisait partie de la troisième catégorie et, par inclusion, le projet d’innovation de rupture mené par la Bougre Complice et son équipe aussi.
Le Chef avait réuni en urgence son Comité de Direction et, afin de marquer sa position, il avait aussi décidé d’y convoquer le Fourbe et la Bougre Complice.
Les débats étaient animés dans la salle de réunion lorsque le Chef entra et donna l’ordre, en tapant dans ses mains, de se taire, de s’asseoir et d’écouter, ce que chacun fit promptement, dans un ballet désordonné ressemblant à une partie de chaises musicales.
« L’heure est grave ! posa le Chef en introduction d’une voix sinistre, mais je suis là et je vous mènerai au combat dans les meilleures conditions. Comme vous le savez certainement, nos budgets vont être sérieusement revus à la baisse et s’il y a UNE chose que vous devez savoir, c’est que je découvre tout cela en même temps que vous ! Je n’étais pas au courant. »
Les participants à la réunion se regardèrent et les murmures se propagèrent.
« Mais je sais quoi faire ! reprit le Chef, et je vais vous guider. Le point-clé est surtout de ne pas faire de vagues auprès des Dirigeants. La solution est que les Dirigeants nous considèrent à nouveau comme un investissement valable… »
Le Fourbe et la Bougre Complice se regardèrent, surpris : le Chef basculerait-il du côté de l’Agilité ? La suite du discours du Chef leur apporta la réponse :
« Il nous faut être flexibles avant tout ! appuya le Chef en tapant sur la table du plat de la main, nous devons savoir ce que désirent les Dirigeants et le leur fournir sans nous poser de question. À la longue, ils finiront par voir leur erreur.
-Mais ils viennent de dire que nous ne faisons pas partie des fondamentaux, tenta un Bougre.
-Justement ! rétorqua le Chef. Ce qui compte, c’est de leur ouvrir les yeux. Nous représentons l’avenir de l’Entreprise avec Flextor, mais il se peut que leur vision ait changé et ils doivent comprendre que Flextor répondra à leur nouvelle vision, quelle qu’elle soit !
-Mais on fait ça comment ? insista le Bougre,
-Nous allons comprendre leur nouvelle vision en leur faisant différentes propositions basées sur ce que nous comprenons de leurs différents messages. Ainsi, certaines propositions seront rejetées alors que d’autres sembleront retenir leur attention. Il nous suffira alors de nous adapter pour répondre à leur demande ! lâcha le Chef en s’adossant avec un sourire entendu et satisfait,
-Mais si aucune ne convient ? risqua le Bougre.
-Eh bien nous insisterons ! Vous serez endurants et vous me porterez jusqu’à ce qu’ils acceptent de se rendre compte ! Et nous pivoterons autant de fois qu’il le faudra ! conclut le Chef. Bon ! Assez parlé, rendez-vous demain matin première heure avec vos propositions !
-Excusez-moi, dit le Fourbe, je ne suis pas sûr que cette tactique soit très efficace.
-Ah, c’est vrai que vous êtes là, vous ! dit le Chef, ça ne me manquait pas vraiment mais qu’avez-vous à proposer ? Qu’on aille leur demander ? Parce que c’est des Clients ? Toujours votre même rengaine ?
-Non, non, ce n’est pas le moment de leur demander, je partage votre point de vue, tout comme le fait qu’il va falloir de l’endurance, dit le Fourbe en surprenant le Chef.
-Vous êtes d’accord avec moi ?
-Sur le fait de ne pas aller leur demander quoi que ce soit, car ce serait revenir sur leur message, répondit le Fourbe,. Par contre, l’approche consistant à explorer leur besoin par nos propositions n’est pas efficace, elle va demander beaucoup d’énergie et elle nous place en exécutants sans forcément fournir une quelconque valeur. Ce serait perdre le sens de l’endurance qui sera nécessaire pour traverser cette période…
-Et vous proposez quoi alors ?
-Révisons nos ambitions à la baisse, sans perdre de vue notre cible, que ce soit celle de Flextor ou celle du projet d’innovation de rupture, et avançons à petits pas, avec les moyens qui restent…
-Mais on va lambiner ! râla le Chef, moins on avance et plus les Dirigeants vont se dire qu’on sert à rien !
-Justement ! Chaque étape, même petite, doit conduire à la création de quelque chose d’utile pour nos clients et que nous fournirons au bon moment ! Et si nous devons changer quelque chose, c’est parce que la valeur obtenue n’est pas à la hauteur de la valeur attendue : ce sera notre seul critère et en aucun cas ce qu’en pensent les Dirigeants !
-Mais ce sont les Dirigeants qui nous payent bordel ! asséna le Chef en colère, finalement c’est toujours les mêmes conneries avec vous ! Alors comme ça on avance et on se fout de ce qu’ils pensent !
-Ce n’est pas ce que j’ai dit !
-Ça suffit ! Cette réunion est terminée ! Rendez-vous demain matin première heure avec vos propositions, des vraies propositions qui auront toutes les chances de satisfaire nos Dirigeants ! E-XE-CU-TION ! » hurla le Chef en quittant la salle, mettant fin à la conversation.
À l’issue de la réunion, dans le couloir, certains vinrent voir le Chef :
« Vous avez eu raison de stopper les élucubrations du Fourbe, c’est ce que je pensais depuis le début. Vous êtes fort Chef !
– Merci, vous êtes vraiment un bon Bougre, vous savez ce qui est bon pour nous et votre dévotion à votre Ch… à votre entreprise est à l’image de votre carrière future. »
D’autres discutaient entre eux, créant une autre réunion et un bouchon dans le couloir :
« Dis donc, et l’autre qui voulait nous faire faire des trucs à la barbe des Dirigeants ! C’est vraiment comme s’il cherchait à déstabiliser l’équipe !
– Et déstabiliser le Chef aussi !
– Et l’entreprise est à risque avec des gens comme ça !
– En tout cas, c’était une bonne réunion et le débat que nous avons eu nous a permis de sauver l’entreprise d’une aventure périlleuse!
– On va manger ? C’est brochette S.N.C.F. aujourd’hui : Salami, Nougat, Coriandre, Fenouil, il parait que c’est super ! »

Toute ressemblance avec le chapitre précédent montre bien qu’il s’agit de deux chapitres distincts, et réciproquement.

Dans le prochain épisode : « La situation empire pour le Chef et la Bougre Complice… Mais ça c’est une autre histoire ! »

Lien vers le Glossaire Inique

Lien vers la Table des Matières

Lien vers la Bibliographie

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés