Fév 242018
 

Avertissement
« Toute lecture des Contes de la Connerie Collective, sans compréhension préalable du-dit avertissement,
n’engage que son lecteur et réciproquement. »

C’était la fête dans la grande salle de réception de l’Entreprise. Tous les employés, Chefs et Bougres méritants, avaient été invités. Les membres du Conseil, installés sur l’estrade, chacun sur son fauteuil parfaitement aligné sur celui de ses voisins, donnaient une contenance à leurs jambes ainsi exposées au public. Certains les croisaient haut, révélant des chaussettes parfois trop courtes, certains gardaient les deux pieds à plat, révélant leur personnalité par l’espace qu’ils tolèrent entre leurs genoux. Bref, le concours d’élégance était lancé. Et puis il y avait les regards. Il y avait les Dirigeants qui regardaient le public, mais sans fixer quiconque. D’autres identifiaient une personne à qui il envoyaient un petit signe complice, montrant à quel point ils étaient proches du peuple. Certains regardaient obstinément le Chef des Dirigeants, qui donnait son discours, et comme ils le voyaient de dos, ce ne devait pas être passionnant.
Le Chef des Dirigeants terminait son discours. Il vantait la créativité de l’Entreprise qui venait d’être récompensée par un grand prix très convoité de l’Innovation. Un des critères déterminant pour l’obtention de cette récompense avait été le domaine choisi par l’Entreprise : l’Environnement.
L’Entreprise venait d’être sacrée comme meilleure innovatrice pour l’Environnement.
Il faut dire que depuis des mois, le service de Communication vantait le Conseil et la Hétchare, le service des GISPER (consulter le Glossaire Inique), pour avoir su inciter et motiver chaque employé à participer à l’impact de l’Entreprise sur son environnement direct. Il y eut une communication intensive, notamment sur les réseaux sociaux, et particulièrement sur ‘FaceBougre’. Petit à petit la nouvelle était devenue virale et assez rapidement, le monde entier, dans un périmètre de dix kilomètres autour de l’Entreprise, fut au courant : chaque employé participait activement à l’entretien des espaces verts de l’Entreprise.
Le Chef des Dirigeants était en train de remercier le public et brandissait le trophée, les membres du conseils donnaient une standing ovation et le tout sous des applaudissements somme toute assez peu énergiques du côté du public.
Il faut dire que le public en question, et notamment le Chef, se rappelait ce qui était soi-disant une source de motivation pour participer à la nouvelle mission environnementale de l’Entreprise.
Le Chef se remémorait l’histoire. Tout avait commencé avec le Consultant lors de cette réunion du Conseil au cours de laquelle le Chef avait regagné ses galons. Le Consultant avait expliqué que pour réduire les effectifs et augmenter la profitabilité, il suffisait de réduire les effectifs des fonctions dites annexes en transférant tout ou partie de leur travail sur les fonctions fondamentales ainsi responsabilisées. Séduit par la simplicité et le bon sens de la proposition, le Conseil avait décidé de mener une expérience afin de valider l’efficacité d’une telle mesure.
C’est ainsi que disparut la fonction EVE, Espaces Verts et Environnement, et l’activité de cette fonction fut transférée sur chaque employé de l’Entreprise. Chacun a donc hérité d’une partie de tonte, de ramassage de feuille, de balayage, de taille, de traitement insecticide, de peinture, etc. Comme les GISPER veillaient, le transfert des nouvelles activités se fit dans le respect des personnes en considérant en premier lieu leur grade.
Ainsi, un Bougre se doit de ramasser les feuilles quand un Chef pilote un tracteur-tondeuse. Un Chef taille les haies qui sont à sa hauteur, un Bougre taille les haies hautes ou très basses. Le Fourbe balaye les allées et sort les poubelles. Le Skippy… mais personne ne savait qui était le Skippy, à part quelques uns qui pouvaient le voir accomplir sa tâche comme les autres.
De EVE, il ne restait qu’une personne, un jardinier de métier passionné, dont la tâche était maintenant de s’assurer que les équipements étaient disponibles et entretenus.

Le Chef se remémorait l’histoire et décida de quitter la fête pour rejoindre les ex-membres du Club, car il s’en voulait toujours, sans savoir pourquoi, de l’’avoir fermé.
Le Chef les retrouva dans le bureau du Fourbe. Il y avait la Bougre Complice et le Bougre au Stagiaire. Bien sûr aucun des trois n’avait été invité à la fête et c’était mieux comme ça.
La Bougre Complice racontait à quelle vitesse son équipe était en train de produire de nouvelles avancées, simplement en travaillant dans le Club sans Local, ce qui passionna le Chef qui s’infiltra dans la conversation :
« Vous voulez dire que notre projet d’innovation de rupture avance à nouveau ? demanda-t-il.
-Oui, répondit la Bougre Complice, en fait sans aucune structure et ressource à disposition autre que la bonne volonté des gens, l’équipe entre d’autant mieux dans l’Effectuation.
-Comment ça ?
-Par exemple, il est devenu évident qu’il suffit de définir nos objectifs à partir de ce qu’on a, plutôt qu’à partir de ce qu’on voudrait avoir. Ainsi on est sûr d’avancer et c’est ce qui se produit.
-Et ça donne des vrais résultats ? Des résultats qu’on peut montrer ?
-Ben oui, sinon on le ferait pas ! »

La Bougre Complice se leva et invita le Chef à la suivre devant un panneau mural couvert de schémas et de données. Le Chef était abasourdi : le projet d’innovation de rupture venait de faire un solide pas en avant.
Le Chef reprit à l’adresse de tout le groupe présent :
« Dites… vous seriez prêts à m’aider pour faire la même chose sur FLEXTOR ?
-Je ne sais pas si je saurai faire cela avec une équipe qui n’est pas la mienne, répondit la Bougre Complice.
-Je ne suis qu’observateur, dit le Bougre au Stagiaire. »
Le regard du Chef se tourna vers le Fourbe.
« Je veux bien, dit le Fourbe, mais à une condition.
-Dites toujours, dit le Chef.
-Vous m’avez assez engueulé comme ça devant tout le monde lorsque je vous faisais part de mes idées…
-Je sais, interrompit le Chef, je ferai attention c’est promis !
-Non, je vous connais, mais je veux bien vous aider à condition que personne ne sache que je vous aide. C’est uniquement entre vous et moi.
-Pourquoi pas, dit le Chef en réfléchissant, en somme vous me proposez de devenir mon Skippy…
-Je ne suis pas Skippy, je suis un Fourbe qui souhaite rester dans l’ombre pour être plus efficace et surtout pour ne pas avoir à me faire engueuler devant tout le monde tout le temps.
-Marché conclu ! dit le Chef dans un sourire franc et soulagé, j’ai dit que je récupèrerai FLEXTOR et je le récupèrerai par tous les moyens ! Je suis content ! Tiens ! Je vous invite à la Cafèt, c’est moi qui régale ! En plus aujourd’hui c’est spécialité anglaise, le sandwich RAF : Raifort, Abricot et Fenouil, le tout avec un bol de Worcestershire, il parait que c’est super ! »

Toute ressemblance avec le chapitre précédent montre bien qu’il s’agit de deux chapitres distincts, et réciproquement.

Dans le prochain épisode : « Le GISPEP est embêté… Mais ça c’est une autre histoire ! »

Lien vers le Glossaire Inique

Lien vers la Table des Matières

Lien vers la Bibliographie

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés