Avr 142018
 

Avertissement
« Toute lecture des Contes de la Connerie Collective, sans compréhension préalable du-dit avertissement,
n’engage que son lecteur et réciproquement. »

Le GISPEP, responsable du département des MACHINS (Méthodologies Agiles Centralisées et Holistiques d’Innovations Numériques Standardisées) tenait conseil avec ses trois consultants. L’ambiance était à la concentration.
Le GISPEP se tenait derrière son bureau, confortablement installé dans son fauteuil pré-directorial (les accoudoirs ne s’ajustaient pas en hauteur). Les consultants se tenaient sur leur chaise respective, traditionnellement accordée aux Bougres. Les fauteuils directoriaux, eux, présentaient toutes les options de confort nécessaires à la tenue de réunions marathoniennes justifiées par les enjeux des problèmes que créaient les Bougres, de façon quasi-systématique, et qui entravaient la bonne marche de l’Entreprise.
Mais ce matin-là, ce n’était guère la préoccupation principale du GISPEP, car l’affectation des sièges reflétait bien le rang de chacun. La préoccupation du GISPEP était de savoir comment profiter de cette situation si particulière où son principal ennemi, le Chef, pouvait devenir sa principale planche de salut pour sa carrière.
« Le problème, dit le GISPEP, c’est que je n’arrive pas à mettre un terme à FLEXTOR… Les Dirigeants s’y accrochent comme des morpions car ils le voient complémentaire aux méthodologies que je dois déployer.
-C’est vrai que sans la Culture, pas de méthode, dit le Yogi.
-Et FLEXTOR porte sur la Culture, dit le gars du MAIGRE.
-Et on sait qui en est à l’origine, dit le mec du 12Delta, les Dirigeants !
-Là, vous ne m’aidez pas vraiment, dit le GISPEP.
-Faut voir combien vous êtes prêt à mettre, dit le Yogi.
-C’est une demande d’envergure que vous avez là, dit le gars du MAIGRE, il va falloir apporter une culture d’innovation par la standardisation, c’est pas rien… C’est possible, mais c’est pas rien.
-D’autant que les principaux coupables siègent au Conseil, dit le mec du 12Delta, c’est faisable mais les accuser demande de la préparation !
-J’ai fait préparer les avenants à vos contrats, pas de souci, j’ai un budget confortable, dit le GISPEP.
-Ah ben fallait le dire tout de suite ! dit le Yogi.
-Il y a des ouvertures, dit le gars du MAIGRE.
-Je connais quelqu’un qui a traité un cas similaire, dit le mec du 12 Delta.
-OK, OK, mais comment je fais pour dégommer FLEXTOR en utilisant le Chef ?
-Ce qui compte, c’est que le Conseil pense que vous respectez à la lettre leurs consignes et leurs convictions, dit le Yogi.
-Il vous faut standardiser les méthodes de mesure de transformation culturelle et les présenter au Conseil comme unique moyen de valoriser leur propres progrès devant les Actionnaires, dit le gars du MAIGRE.
-Et puis, vous pourrez accuser le Chef de ne pas respecter les méthodes d’Innovation Rétrograde que vous êtes en train de déployer, à la demande de ce même Conseil, dit le mec du 12 Delta.
-Ah mais le Conseil n’a jamais parlé d’Innovation Rétrograde ! C’est moi qui l’ai introduit comme méthodologie d’innovation confortable et sans risque, puisqu’elle ne propose que des trucs qui ont déjà existé en en changeant les noms, dit le GISPEP.
-Et alors ? Vous pouvez ainsi montrer que le Conseil sait être flexible en les adoptant aussi, sans prendre de risque et en continuant à vouloir une culture d’innovation, dit le Yogi.
-En plus, tous les processus, tous les formulaires existent déjà depuis plus de cinquante ans, c’est dire si c’est robuste comme méthode, dit le gars du MAIGRE, si en plus vous proposez de les numériser, vous êtes dans l’air du temps, du Conseil, et vous pourrez réduire l’effectif d’un certain nombre de Bougres : c’est tout bénéf !
-Après, ce sera facile de démonter chaque proposition d’innovation venant de FLEXTOR par un argumentaire standardisé, insistant sur les risques et l’incompatibilité avec les processus existants et en éludant la potentielle utilité inhérente à l’innovation proposée, dit le mec du 12 Delta.
-Ah ouais, pas mal ! dit le GISPEP, ainsi je ne mets pas en doute ni le Chef, ni FLEXTOR, je démontre juste qu’ils ne servent à rien et c’est le Conseil lui-même qui prendra la décision de les sortir…
-Et le Conseil saura vous remercier, dit le Yogi, et vous nous remercierez à votre tour.
-Nous pouvons signer un avenant là-dessus dès maintenant, dit le gars du MAIGRE, j’ai un formulaire tout prêt.
-Et, bien sûr, en tant que responsable des MACHINS, vous reconnaissez prendre toutes responsabilités quant aux résultats obtenus, dit le mec du 12 Delta. »

Pendant ce temps, le Chef s’était rendu chez le Fourbe, en toute discrétion, nul ne pouvait savoir que cette rencontre avait lieu.
« Je me demande pourquoi le Conseil ne me suit pas, dit le Chef, ce sont eux qui m’ont confié cette mission, et c’est comme si ils n’y croyaient pas eux-mêmes…
-Et si ils y croyaient vraiment ? demanda le Fourbe, et si ce n’était pas le Conseil le principal danger pour vous ?
-Ben… Qui voulez-vous que ce soit ?
-Réfléchissez…
-…
-Qui sont ceux qui n’ont pas intérêt à ce que les choses changent ?
-Ceux qui ont le pouvoir… C’est bien ce que je dis, c’est le Conseil ! s’énerva le Chef.
-Pas sûr… Quels sont les pouvoirs qui sont mis en danger par le changement demandé par le Conseil ? Pas ceux du Conseil lui-même, ils ne sont pas fous ! Alors…?
-Ah ben oui, ceux qui tiennent les rênes des processus et fonctions de l’Entreprise ! Ce sont eux qui n’ont aucun intérêt à lâcher quoi que ce soit !
-Et donc, de qui s’agit-il ?
-Eh bien, essentiellement de mes pairs, de ceux ou d’une partie de ceux qui rapportent directement au Conseil… Ah ben merde, lâcha le Chef.
-C’est en tout cas une hypothèse très forte à ne pas négliger, dit le Fourbe.
-Et l’un deux, c’est le GISPEP ! réalisa le Chef, qu’est-ce que je suis allé faire avec lui ? Non mais je suis con…
-Je ne dirai pas ça, dit le Fourbe avec un sourire, il vaut mieux être proche de ses ennemis, et puis votre source d’énergie n’est ni dans le Conseil, ni dans vos pairs…
-Ah bon ?
-Disons que vous la trouverez ailleurs, dans ceux qui ont envie de contribuer à FLEXTOR, dans ceux que ce changement intéresse, pourvu que ce soit leur choix, en toute liberté, en toute responsabilité…
-Faudrait que je fasse comme la Bougre Complice, interrogea le Chef, abasourdi ?
-Je ne sais pas, à vous d’y réfléchir et de décider…
-Merci, dit le Chef, vous savez que vous êtes un Skippy en puissance ?
-Je ne pense pas, dit le Fourbe, en tout cas, que cela reste uniquement entre nous…
-C’est bien ce que je dis, dit le Chef avec un sourire, merci encore et je reviendrai vous voir…cher Skippy !
-N’en parlons plus…
-Mais dites, j’y pense depuis un certain temps, les indications, les enseignement que vous me donnez, on pourrait les mettre par écrit vous savez…
-Pour l’instant, dit le Fourbe, je vous recommande de réfléchir à votre action à venir… A bientôt »

Au même moment, la Bougre Complice était chez le Skippy.
« La Communauté a bien démarré, même si tout cela est très lent, dit la Bougre Complice.
-Très bien, répondit le Skippy.
-Et ce qui est étonnant, c’est que les prototypes sont de plus en plus nombreux, le Club sans local fait des petits et il y a même un local qui s’est ouvert…
-Et tout cela sans contrôle… dit le Skippy, un peu rêveur.
-Mais oui… C’est bizarre non ?
-Peut-être, ou bien vous êtes arrivée à lancer un mouvement d’une grande puissance, car il se nourrit à une source inépuisable…
-Mais encore ?
-La Communauté, votre projet d’innovation de rupture, vous-même et pourquoi pas un jour le Chef et FLEXTOR, tout semble tourner autour de quelque chose…
-C’est effectivement l’image que j’ai… Mais je ne vois pas autour de quoi tout cela tourne…
-Eh bien, autour de rien… C’est un endroit où se trouve l’intelligence collective, dont chacun a la responsabilité et personne n’a le contrôle…
-Mais c’est où ?
-Je ne sais pas, c’est chaque fois que l’intelligence collective s’exprime, c’est en chacun d’entre nous et nulle part à la fois, c’est lié au fait que ceux qui s’y nourrissent le font par choix…
-Si vous le dites… Alors je continue comme ça ? demanda la Bougre Complice qui n’était pas sûre de tout comprendre.
-C’est vous qui voyez, ayez confiance en les gens, vous aurez ainsi confiance en vous.
-Bon… ben merci…
-On va manger ? C’est assiette variée aujourd’hui, l’assiette FCPI : Fenouil, Camembert, Poire et Igname, il parait que c’est super ! »

Toute ressemblance avec le chapitre précédent montre bien qu’il s’agit de deux chapitres distincts, et réciproquement.

Dans le prochain épisode : « Tout peut basculer… Mais ça c’est une autre histoire ! »

Lien vers le Glossaire Inique

Lien vers la Table des Matières

Lien vers la Bibliographie

 

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés