Juin 172018
 

Avertissement
« Toute lecture des Contes de la Connerie Collective, sans compréhension préalable du-dit avertissement,
n’engage que son lecteur et réciproquement.

Le Bougre au Stagiaire se plaisait bien dans son rôle de GROC. C’était le Chef qui l’avait mis dans ce rôle, de force comme savait le faire le Chef à l’époque (relire « Franchir le Fleuve pour construire le Pont »). Le Chef avait ainsi complété l’équipe du GISPEP, dans le but d’espionner les agissements et surtout les méthodes de travail de la Bougre Complice. C’était il y a bien longtemps, tout avait été bouleversé depuis, pourtant le GROC survivait tel un bouchon dans la tempête.
GROC était le diminutif amical, pour le Bougre au Stagiaire, de l’acronyme de son poste intitulé « Gestionnaire des Rapports Opérationnels Consolidés, Ordonnés et Numérisés ». Le Bougre au Stagiaire s’y était habitué avec le temps et aussi par le fait qu’il avait une vue d’ensemble sur toutes les équipes et leurs méthodes de travail, ce qui lui permettait d’en retirer de précieux enseignements. Loyal envers le Fourbe et la Bougre Complice, il n’avait jamais vraiment joué son rôle d’espion, mais il avait su identifier les points forts et les points faibles des différentes méthodes de travail, faisant de lui avec le temps un véritable expert.
Le GROC avait été convoqué par le Conseil pour faire un état des lieux des projets et des méthodes, incluant le projet d’innovation de rupture, ainsi que Flextor et aussi les méthodes Agiles utilisées. À cette session du Conseil avait été aussi convoquée la Bougre Complice. Malgré les efforts d’explication du GROC, le fait était que l’ensemble des projets d’innovation de l’Entreprise avait plutôt tendance à patiner. C’était « Deux pas en avant, un ou deux pas en arrière » avait conclut le GROC, tout en distinguant l’équipe de la Bougre Complice dont l’état d’esprit ‘Agile’ permettait de ne faire qu’un pas en arrière, jamais deux : le projet d’innovation de rupture affichait la meilleure progression, même si elle semblait laborieuse. Il distingua aussi les autres équipes-projets qui manifestaient un intérêt envers les pratiques Agiles, même si cela ne conduisait à aucun résultat pour l’instant.
Les membres du Conseil avaient pris acte de cette information en regardant le GISPEP, affichant ainsi clairement que l’attente était maintenant envers lui. Le GISPEP était le membre du Conseil porteur de cette laborieuse situation, c’était donc à lui de la résoudre, et vite.
À l’issue de cette session du Conseil, le GISPEP convoqua le GROC dans son bureau. Les trois compères du GISPEP étaient déjà présents dans le bureau, dont la fenêtre était ouverte, signalant que le vœu du Yogi de ne plus utiliser d’eau pour se laver était toujours vivace.

« Mais vous êtes con ou quoi ? ouvrit le GISPEP à l’adresse du GROC.
-Que voulez-vous, je réponds aux questions qu’on me pose ! rétorqua le GROC.
-Vous auriez au moins pu me prévenir, reprit le GISPEP, j’aurai eu l’air moins con devant le Conseil !
-Et ça, c’est embêtant, dit le mec du 12 Delta, faudrait pas qu’on devienne responsables de la performance des équipes projets aux yeux du Conseil.
-On peut toujours réduire les effectifs des équipes qui reculent, dit le gars du MAIGRE.
-Quand j’avance, tu recules, dit le Yogi en respirant par le fenêtre.
-Mais, j’ai été convoqué en même temps que vous, dit le GROC, je n’ai rien préparé du tout, j’ai juste répondu aux questions avec ce que je savais.
-Et ça vous a pas gêné de me faire passer pour un con, dit le GISPEP.
-C’était pas mon intention, dit le GROC.
-Ça y ressemblait, ajouta le mec du 12 Delta, c’est peut-être bien vous le responsable de tout ça.
-Si c’est le cas, nous pouvons réfléchir à l’intérêt d’avoir un GROC dans cette Entreprise, dit le gars du MAIGRE.
-Quand tu recules, j’avance, dit le Yogi d’un air pénétré.
-Un GROC, oui, est nécessaire et utile, dit le GISPEP avec un sourire narquois, par contre, celui qui tient le rôle est aisément remplaçable…
-Que vouliez-vous que je fasse ? s’énerva le GROC, je présente mes observations, telles quelles, un autre aurait fait la même chose !
-Un autre montrerait sans doute plus de loyauté envers celui qui le nourrit, il y a un traitre parmi nous, dit le mec du 12 Delta.
-Mais éliminer pour remplacer ne fait pas baisser l’effectif, ni les coûts, il faut bien réfléchir, du coup, dit le gars du MAIGRE.
-Comment veux-tu, comment veux-tu ? récita le Yogi, les yeux perdus dans le vague, avec un mouvement du buste oscillant d’arrière en avant.
-Bref, vous avez bloqué notre stratégie, dit le GISPEP en s’adossant dans son fauteuil de chef, nous aussi on vient de faire deux pas en arrière et c’est grâce à vous.
-Mais merde ! J’y peux rien si c’est la réalité ! rétorqua le GROC.
-La réalité, c’est l’idée que les autres s’en font, dit le GISPEP dans un soupir, vous avez toujours pas compris ça ? La réalité se construit et s’influence, et mon rôle est que le Conseil ne perçoive qu’une réalité, celle qui me porte et aucune autre.
-Dans cette réalité, les responsables sont les autres, pas nous, dit le mec du 12 Delta.
-Et ce qui compte, c’est de réduire, dit le gars du MAIGRE, c’est comme en cuisine, quand c’est bien réduit, ça a plus de goût. On est les artisans du goût, nous on réduit, et ça marche, les autres sont en charge de la performance, si ça va pas, c’est leur problème, ça fournit des responsables-coupables au 12 Delta.
-Quand j’avance, tu recules, comment veux-tu que je…
-Bon ben ça va, on a compris ! interrompit le GISPEP.
-Que je fabule, reprit le Yogi, c’est ça la merde, on peut plus fabuler avec ce con de GROC.
-Non mais dites donc ! se fâcha le GROC, ça suffit comme ça ! Je vous demande des excuses, immédiatement !
-C’est vrai, dit le GISPEP, même si c’est la vérité, il y a d’autres moyens de le dire.
-Je m’excuse, dit le Yogi en croisant tous ses doigts dans son dos.
-Je crois que je vais vous laisser, dit le GROC, de toute façon, nous avions terminé.
-C’est vous qui le dites , dit le mec du 12 Delta.
-Et ça fera un de moins dans cette pièce, dit le gars du MAIGRE.
-Nul n’est jamais assez fort pour ce calcul, dit le Yogi. »

Le GROC sortit et se précipita chez le Skippy. Il y retrouva la Bougre Complice. Le GROC relata rapidement sa réunion chez le GISPEP et demanda conseil.
« Surtout, ne pas vous énerver, dit le Skippy.
-Ben je sais pas ce qu’il vous faut, dit le GROC.
-C’est vrai que c’est pas facile, dit la Bougre Complice, mais écoute-le, tu verras.
-Merci dit le Skippy en riant, en fait, ce que je viens de dire à la Bougre Complice qui s’inquiétait comme toi de la situation, c’est qu’il ne faut pas s’énerver.
-N’empêche, le GISPEP s’énerve, lui, et je risque d’en faire les frais…
-C’est un autre problème, que tu traiteras à part et d’autant mieux que tu ne t’énerves pas sur le premier, celui d’avancer et reculer, d’avoir l’impression que les choses ne progressent pas, malgré l’énergie que les équipes y mettent.
-Bon, si vous le dites…
-C’est un passage normal et quasiment obligé de toute progression dans une pratique particulière. Il y a forcément des moments où le nouveau pratiquant a l’impression de stagner, voire de régresser. Ce sont des moments de doute, ils sont importants et ne sont pas à négliger.
-Ah ben vous voyez ! dit le GROC.
-Tais-toi, écoute-le, insista la Bougre Complice.
-Merci à nouveau, dit le Skippy dans un sourire, ces moments de doute sont à savourer pour pouvoir les traverser, ils sont simplement l’indication d’un progrès graduel qui s’effectue par cycles. L’Agilité ne comporte-t-elle pas cette notion d’itérations en son sein ? Il s’agit de replacer ces moments de doute, dans une progression à long terme, en lâchant toute attente de succès rapides. Les succès rapides dans l’acquisition d’une pratique sont souvent décrits comme la chance des débutants , ils sont encourageants mais ne garantissent pas le succès à long terme. Pour moi, deux pas en avant, un pas en arrière est juste l’indication que l’équipe de la Bougre Complice est sur la bonne voie, tout comme d’autres équipes qui ont choisi de pratiquer. Il s’agit d’être tenace, et de replacer tout cela dans le long terme…
-Donc on continue comme ça ? demanda le GROC.
-En ce moment c’est la seule façon d’avancer, c’est ce qu’il s’agit d’accepter…
-Parce que le GISPEP, il a une autre approche, insista le GROC.
-Et il en tirera quelques avantages à court terme, mais sur le long terme, s’il ne change pas, il souffrira, répondit le Skippy, mais dites, c’est bien gentil ça, mais j’ai faim, on va manger ? Y a quoi aujourd’hui ?
-C’est la journée ‘Pédalage’, rien que des plats à base de choucroute avec de la semoule, le tout arrosé de mélasse, il parait que c’est super ! dit la Bougre Complice. »

Toute ressemblance avec le chapitre précédent montre bien qu’il s’agit de deux chapitres distincts, et réciproquement.

Dans le prochain épisode : « Le Chef et la Bougre Complice… Mais ça c’est une autre histoire ! »

Lien vers le Glossaire Inique

Lien vers la Table des Matières

Lien vers la Bibliographie

 Laisser un commentaire

(oblligatoire)

(obligatoire, n'apparaîtra pas sur le blog)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

lectures d un mamnager-coach - www.olivierlecointre.fr - tous droits réservés